Le projet de loi sur la réforme bancaire, dont l'examen débute mardi à l'Assemblée, qui vise notamment à interdire les activités les plus spéculatives des banques, sera « renforcé » a affirmé lundi David Assouline, porte-parole du Parti socialiste devant la presse.

« Nous soutenons un renforcement de ce projet de loi en particulier pour rétablir la transparence sur l'évolution de la présence des établissements français dans les paradis fiscaux, mais aussi renforcer la protection des consommateurs sur les commissions bancaires », a-t-il précisé.

Le sénateur de Paris a décrit une réforme bancaire « unique au monde » qui permettra de lutter contre « les dérives inacceptables du système financier » et « protéger les dépôts des épargnants face aux activités purement spéculatives ». « Ainsi, nous poursuivons notre combat tous azimuts pour la croissance, pour défendre l'économie réelle créatrice d'emplois et pour la justice sociale » a-t-il rappelé avant d'ajouter que le projet de loi trouvera « toute sa plénitude » par un « prolongement européen ».

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Ce projet de loi impose notamment aux banques de loger leurs activités spéculatives dans une filiale ad hoc et interdit les activités les plus spéculatives, comme le trading haute fréquence (ordres boursiers passés en rafale par des machines) et la spéculation sur les marchés agricoles.