« Il s'est produit aujourd'hui un évènement mondial », a déclaré vendredi le président François Hollande à propos de l'accord signé entre Google et les éditeurs de presse français.

« Il s'est produit aujourd'hui un évènement mondial (...) la conclusion d'un accord entre Google et un groupement de presse qui a été capable de se fédérer pour mener cette négociation », s'est félicité le chef de l'Etat, qui assistait à la conclusion de cet accord à l'Elysée.

Le président Hollande a fait valoir que « cet accord (était) bon pour la presse française, bon pour les contenus et bon aussi pour Google ». « A la fois sur la méthode - la recherche d'un accord entre un grand groupe mondial et la presse française - et sur le résultat - un fonds de 60 millions d'euros pour les investissements d'avenir -, c'est une fierté pour la France d'avoir été capable de réaliser cet accord qui est le premier dans le monde », a-t-il poursuivi.

Cet accord « va-t-il servir de modèle ou de référence ? nous le verrons, mais il y a forcément une alliance à nouer entre les producteurs de contenus et les diffuseurs, c'est ce que nous avons été capables d'illustrer aujourd'hui », a ajouté le chef de l'Etat.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Un fonds de 60 millions d'euros

L'accord prévoit « la mise en place d'un fonds dédié, d'un montant de 60 millions d'euros, (qui) facilitera la transition de la presse vers le monde numérique », a précisé l'Elysée dans un communiqué. L'accord est basé sur un « partenariat commercial » destiné à aider la presse à se développer sur internet et à « accroître ses revenus en ligne », a affirmé à l'AFP un porte-parole du géant américain, soulignant que le fonds de 60 millions d'euros « sélectionnera des initiatives prometteuses permettant de faire émerger de nouveaux contenus en ligne ».