Selon son président Bernard Cadeau, Orpi, le premier réseau d'agences immobilières, veut inciter les deux tiers des propriétaires vendant leurs logements à baisser leurs prétentions de prix « de 5% à 15% », « pour débloquer le marché » actuellement très déprimé.

« Je ne peux me résigner à être spectateur d'un marché qui se contracte, même si une baisse des prix ne résoudra pas le problème de la pénurie de logements évaluée à un million », a expliqué Bernard Cadeau lors d'une conférence de presse, pour justifier cette démarche inédite. Mais, a-t-il prévenu, cette opération ne doit pas être considérée comme « une grande braderie » mais comme un « retour au juste prix de marché de la part des vendeurs » qui ont souvent tendance à surestimer la valeur de leurs biens.

Mardi, la FNAIM (Fédération nationale de l'immobilier) avait annoncé que le nombre de transactions de logements anciens en France avait chuté en 2012 de 18,6% par rapport à 2011. Selon la plus importante organisation professionnelle du secteur, les agences immobilières ont perdu 10.000 emplois, sur un total de 80.000, dans la transaction immobilière en 2012 et ont vu 3.000 d'entre elles (sur un total de 30.000) fermer leurs portes dans le même temps.

Les propriétaires indemnisés en cas d'échec

Concrètement les vendeurs du réseau coopératif Orpi devront rencontrer chacun des propriétaires des 92.000 biens actuellement en stock dans les 1.250 agences. L'objectif, selon le président d'Orpi, est de parvenir à convaincre les deux tiers d'entre eux à baisser leurs prix de vente de 5% à 15%.

Crédit immobilier : découvrez les taux les plus bas pour votre projet

Pour les inciter, Orpi offre, dans le cas d'une acceptation du propriétaire et avec l'obligation de donner l'exclusivité du mandat de vente au réseau, une « indemnisation » comprise entre 3.000 à 5.000 euros dans le cas où le bien ne serait pas vendu dans une période de trois mois. Orpi s'engage également, auprès des acheteurs, dans le cas d'une revente à perte suite à un « accident de la vie » (divorce, chômage, etc), d'assumer la moins-value, mais en limitant le plafond de celle-ci à 45.000 euros.