Le gouvernement et PSA Peugeot Citroën discuteront lundi soir d'un éventuel soutien public à la filiale bancaire du constructeur automobile, Banque PSA finance (BPF), ont indiqué lundi deux sources proches du dossier à l'AFP.

Une réunion se tiendra à Matignon avec des représentants du Premier ministre, de l'Elysée, des ministères de l'Economie et du redressement productif et de PSA, selon une de ces sources. « Ils espèrent arriver à une conclusion », a-t-elle ajouté. Interrogé par l'AFP, Matignon s'est refusé à confirmer la tenue de cette réunion.

Le gouvernement a indiqué la semaine dernière qu'il étudiait une forme de soutien public à Banque PSA finance (BPF), qui souffre des difficultés de sa maison mère, ainsi que de son modèle de financement qui repose uniquement sur des emprunts bancaires ou sur les marchés. L'abaissement brutal de ses notes par les trois grandes agences de notation met en péril sa capacité à aller se refinancer sur les marchés. PSA aimerait parvenir à un accord avant la publication de son chiffre d'affaires du troisième trimestre, prévue mercredi matin, selon une source.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

D'après le Figaro, qui a révélé l'affaire, le plan de sauvetage en discussion comporte trois volets. Pour commencer, les banques créancières de BPF repousseraient selon un calendrier non précisé des échéances de remboursements « sur l'équivalent de 4 milliards d'euros de dettes ». De plus, elles apporteraient de nouveaux crédits à la filiale. Le chiffre de 1,5 milliard d'euros circule, selon le quotidien. Enfin, l'Etat garantirait les nouveaux emprunts de BPF à hauteur de 4 milliards d'euros.