Le président-candidat Nicolas Sarkozy a déclaré qu'il voulait imposer « les géants du net » en France, évoquant en particulier une taxe sur la publicité, et étendre la loi de la contrefaçon aux responsables de sites illégaux.

« Les géants du Net devront également, au-delà de leur contribution au financement de la création et des réseaux, acquitter un impôt représentatif de leurs activités dans notre pays », a déclaré Nicolas Sarkozy dans un entretien au Point. « Il n'est pas admissible qu'ils réalisent un chiffre d'affaires de plusieurs milliards d'euros en France sans contribuer à l'impôt ».

« Il y a au moins deux pistes sérieuses que je veux faire explorer concomitamment, au niveau français aussi bien qu'européen : une taxe sur la publicité en ligne et l'assujetissement à l'impôt sur les sociétés - quitte, dans ce dernier cas, à renégocier certaines de nos conventions fiscales », a ajouté le chef de l'Etat, sans autres précisions.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

En juin 2011, le Parlement avait renoncé à une taxe sur l'achat d'espace publicitaire en ligne, dite « taxe Google », qui devait entrer en vigueur au 1er juillet 2011. Le but de cette taxe était de capter une partie des revenus de géants de l'internet établis fiscalement à l'étranger, mais le gouvernement s'y était opposé car elle aurait, selon lui, touché les PME françaises qui souhaitent s'engager sur internet, et non pas les grands acteurs de l'internet visés initialement.