Un accord entre la Grèce et ses créanciers privés afin d'alléger fortement la dette publique du pays « semble se dessiner » a déclaré lundi le ministre des Finances, François Baroin, lors d'une conférence de presse commune avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble à Paris.

Les négociations, qui peinent à aboutir, visent à effacer quelque 100 milliards d'euros de dette grecque afin qu'elle redescende à 120% du produit intérieur brut (PIB) de la Grèce en 2020 contre plus de 160% actuellement. Les deux ministres, qui devaient ensuite se rendre à Bruxelles pour une réunion avec leurs homologues européens au cours de laquelle Athènes exposera l'état d'avancement des négociations avec les créanciers privés, n'en ont pas dit davantage.

Situation stabilisée en zone euro ?

Plus largement, François Baroin et Wolfgang Schäuble ont fait part d'un optimisme prudent sur la situation de la zone euro. « Il existe des signes d'une certaine stabilisation de la situation en zone euro (...) et les investisseurs semblent prendre conscience des réformes importantes accomplies par la grande majorité des Etats membres », a estimé le ministre français. toutefois, « il faut se garder de tout triomphalisme et au contraire consolider cette stabilisation par des avancées institutionnelles puissantes ».

Frais bancaires : jusqu'à 222 € d'économies grâce à notre comparateur

De la même manière, le ministre allemand a jugé que la situation semblait s'améliorer. « Nous sommes sur la bonne voie, mais il est encore trop tôt pour dire que le pire est derrière nous, je l'espère mais je reste prudent ».