Le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer s'est dit dimanche "favorable à ce qu'on inscrive (...) dans le traité" européen des règles plus strictes de gouvernance budgétaire des pays européens.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Lors de l'émission « Internationales » RFI/TV5/Le Monde, Christian Noyer a rappelé qu'il a déjà été décidé « un renforcement du Pacte de stabilité et de croissance » prévoyant un examen des projets de budget avant leur passage au Parlement, une surveillance « beaucoup plus étroite » et « des sanctions qui seront largement automatiques ». « Je suis favorable à ce qu'on inscrive ces règles, et peut-être des règles encore plus dures ou plus automatiques, dans le traité » européen, a-t-il déclaré. « Si on peut le faire, ce serait l'idéal ».

« Les Etats européens n'ont pas respecté leurs propres règles »

Selon le gouverneur de la Banque de France, « il n'y a pas eu de regard responsable sur les règles budgétaires que les Etats membres s'étaient fixées ». « Ils n'ont pas respecté leur propres règles et ils n'ont pas fait ce qu'ils devaient faire, de se surveiller les uns les autres », a-t-il estimé. « On voit aujourd'hui, qu'il fallait des règles plus strictes. L'enjeu de la sortie de crise est de revenir à des politiques budgétaires équilibéres et solides ».