Un employé français de l'assureur italien Generali en France, soupçonné d'avoir tenté de détourner plus d'1 million d'euros, a été arrêté fin septembre, a-t-on appris mardi de source proche du dossier, confirmant des informations de presse.

Ce collaborateur travaillait au service de gestion de Generali au siège à Saint-Denis (département de Seine-Saint-Denis), a indiqué à l'AFP la même source. Il serait membre d'un réseau présumé qui aurait tenté de détourner 1,2 million d'euros aux clients du groupe selon cette source. Les faits remonteraient à 2009.

La fraude présumée aurait été repérée par Generali, qui a porté plainte auprès du parquet de Paris en août de la même année. « C'est un cas ancien de fraude que notre direction du contrôle interne a détecté peu après qu'il soit survenu », a confirmé le directeur juridique de Generali, Michel Becker, dans un courrier électronique. L'assureur italien a alors déposé plainte « et la brigade financière a mené une enquête qui a permis d'identifier une personne suspecte parmi nos salariés », a-t-il poursuivi.

Prudent, M. Becker rappelle que « la présomption d'innocence (...) doit être accordée au collaborateur en question jusqu'à la fin de l'enquête ».

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Generali se veut en outre rassurant vis-à-vis de ses clients. Cette affaire « n'implique aucune conséquence financière négative à l'égard de nos assurés », a assuré Michel Becker, soulignant que son groupe a toujours renforcé ses dispositifs de contrôle. Generali a refusé de donner plus d'informations sur le montant de la fraude présumée ou encore sur l'identité du collaborateur concerné. Joint par l'AFP, le parquet de Paris n'a fait aucun commentaire.