François Fillon a assuré mercredi que les salariés continueraient à bénéficier des abattements sur les heures supplémentaires, une mesure phare du quinquennat de Nicolas Sarkozy qu'il ne s'agit "nullement de remettre en cause".

« Nous proposons d'intégrer les heures supplémentaires dans le calcul des allégements généraux de charges de façon à préserver les avantages sociaux et fiscaux des heures supplémentaires, tout en limitant les effets d'aubaine et d'optimisation pour les entreprises », a expliqué le Premier ministre.

Le « travailler plus pour gagner plus » sauvé

Le gouvernement propose de réintégrer les heures supplémentaires dans le calcul des allégements de cotisations patronales sur les bas salaires (dits « Fillon » et mis en place en 2003). Cette mesure, qui doit entrer en vigueur au 1er janvier, doit permettre de générer 600 millions d'euros de recettes supplémentaires à la Sécurité sociale.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Elle sera inscrite au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2012, présenté en septembre.