Selon une étude de la chambre régionale des notaires publiée mardi, le nombre des transactions de logements anciens a fortement baissé en janvier en Ile-de-France, tandis que la hausse des prix s'est ralentie.

Le nombre de ventes de logements anciens en janvier 2011 en Ile-de-France s'est élevé à 10.000 contre 12.600 en moyenne pour un mois de janvier de la période de référence (1999-2007). Cette baisse doit toutefois être relativisée, selon les notaires. Pour les 3 derniers mois observés (novembre 2010 à janvier 2011), 39.700 logements ont été vendus en Ile-de-France, soit une hausse de 17,6% sur un an (+18,3% pour les appartements, +16% pour les maisons).

« Il est encore trop tôt pour déterminer s'il s'agit d'un simple contrecoup après une période d'activité exceptionnelle, d'une accalmie conjoncturelle traditionnelle en début d'année ou d'un véritable phénomène de fond, qui pourrait alors être plus durable et marquer l'année 2011 », notent les notaires.

Stabilité des prix en grande couronne

Le rythme de hausse des prix continue à s'infléchir légèrement, dans la lignée de la tendance enregistrée fin 2010, tout en restant élevé. L'augmentation trimestrielle des prix pour les logements anciens a ainsi été ramenée à 2,2% sur l'ensemble entre novembre 2010 et janvier 2011, après une hausse de 3,4% d'août à octobre 2010. Cette moyenne se décompose ainsi: Paris (+4,3%), petite couronne (+2,6%), grande couronne (stabilité).

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

En rythme annuel, la hausse des prix demeure toutefois élevée à la fin janvier 2011 (+11,9% en Ile-de-France et +17,2% à Paris).