Selon le secrétaire d'Etat au Logement Benoist Apparu, la France doit atteindre la moyenne européenne de 65% de propriétaires mais ne poursuit pas une politique du "tous propriétaires", dénoncée par la Fondation Abbé Pierre dans son rapport annuel.

Dans son 16e rapport annuel sur le mal logement publié mardi, la Fondation critique la politique gouvernementale du « tout accession » et d'une « France de propriétaires », aspiration légitime mais inégalitaire et dangereuse selon elle.

« Ce n'est pas l'objectif que nous poursuivons, ce n'est pas la politique gouvernementale, nous ne souhaitons pas une politique du tous propriétaires », a immédiatement réagi Benoist Apparu devant quelque 2.000 représentants associatifs, bailleurs et élus locaux rassemblés pour la présentation du rapport. « L'objectif que nous nous sommes fixé dans le cadre de notre politique de la France de propriétaires, c'est d'atteindre la moyenne européenne, 65%, les deux tiers d'une population (...) propriétaire ».

Apparu défend son bilan

Sans nier l'étendue de la crise du logement et du mal logement, le secrétaire d'Etat a estimé, sous les huées, qu'il faut aussi « constater que la majorité des Français sont satisfaits de leur logement, que le niveau de confort moyen s'améliore, et que par exemple la surface moyenne des logements ne cesse d'augmenter ». Il a aussi rappelé que 131.509 logements sociaux avaient été financés en 2010, un niveau « jamais atteint depuis 30 ans », et que l'effort public en faveur du logement a atteint 37,4 milliards d'euros en 2009, dont les deux tiers à la charge de l'Etat, soit 1,96% du PIB (produit intérieur brut), un niveau record depuis 1986.

Investissez dans la Bourse au meilleur prix ! 8 offres comparées

Il a également estimé qu'il fallait aller « au-delà » de l'objectif de 25.000 logements indignes traités en 2011, fixé par l'Agence nationale de l'habitat (Anah). Un rythme selon lui insuffisant pour traiter les 400.000 à 600.000 logements indignes du parc immobilier français. Evoquant la loi SRU, qui impose un quota de 20% de logements sociaux aux communes de plus de 3.500 habitants, le secrétaire d'Etat a jugé « indispensable que toutes les collectivités fasse cet effort » : « L'objectif de mixité porté par la Fondation Abbé Pierre est fondamental ».