Le secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant n'a pas exclu, dimanche sur Europe 1, une évolution du très contesté bouclier fiscal afin d'inciter les contribuables les plus aisés à investir dans les petites et moyennes entreprises (PME).

Invité du « Grand Rendez-vous » Europe 1/Le Parisien, il a d'abord défendu le principe du bouclier, qui prévoit qu'un contribuable ne peut verser au fisc plus de la moitié de ses revenus.

« Il faut maintenir cet objectif que les gens qui ont les moyens d'investir en France continuent à investir en France et par conséquent continuent à y demeurer », a déclaré Claude Guéant.

Une piste de réflexion

Mais il a évoqué « un précédent » au sujet du dipositif ISF-PME, qui permet à des personnes assujéties à l'impôt de solidarité sur la fortune « de s'exonérer d'une partie des impôts à condition d'investir dans des petites et moyennes entreprises qui ont besoin de fonds propres ».

« On a peut-être là une piste de réflexion », a-t-il expliqué. Prié de dire si une évolution du bouclier fiscal en ce sens était donc envisageable, il s'est borné à répondre, sans plus de précisions: « c'est une hypothèse qui est à l'étude ».

Investissez dans la Bourse au meilleur prix ! 7 offres comparées

Les détracteurs du bouclier fiscal, dans l'opposition mais également dans la majorité, estiment que ce dispositif n'a pas incité les grandes fortunes qui avaient quitté la France à rapatrier leurs avoirs.