Le groupe 3F, le plus grand bailleur social en France avec 154.835 logements et places d'accueil, vend de plus en plus des logements à ses locataires, s'est félicité lundi son directeur général Yves Laffoucrière.

« Cette progression des ventes correspond à un vrai besoin des locataires », a déclaré, au cours d'une conférence de presse, M. Laffoucrière pour qui l'essentiel du métier de cette entreprise sociale de l'habitat (ESH) reste pourtant « de louer ».

En 2010, le nombre de promesses de ventes signées par 3F devrait atteindre entre 800 et 900 contre 561 en 2009 et 18 en 2008 alors que le nombre de ventes définitives devrait bondir à 600 en 2010 contre 318 en 2009.

« Je pense atteindre en 2013 le pourcentage de 1% (objectif fixé par le secrétaire d'Etat au Logement Benoist Apparu au mouvement HLM, ndlr) de ventes par rapport au parc existant », a indiqué le directeur général de 3F.

Une décote de 20% du prix de vente

Pour M. Laffoucrière, « la décote du prix de vente aux locataires est de 20% par rapport à l'estimation des Domaines » et l'argent ainsi récolté sert à financer la construction de logements neufs.

En 2009, le groupe 3F a mis en chantier 5.195 logements, soit une progression de 3,7% par rapport à 2008, dont 3.585 en Ile-de-France et 1.610 en province. Pour 2010, 3F vise un objectif de 5.300 logements à mettre en chantier, dont 3.900 en Ile-de-France et 1.400 en province.

Crédit immobilier : découvrez les taux les plus bas pour votre projet

M. Laffoucrière espère « maintenir ce rythme » au cours des prochaines années, notamment en première couronne de la banlieue parisienne, même s'il reconnaît qu'en matière de financement, « il y a un vrai problème côté Etat et collectivités locales ».

En 2010, le chiffre d'affaires (loyers+charges) du groupe 3F devrait dépasser le milliard d'euros contre 948,2 millions d'euros en 2009 qui marquait une progression de 3,8% sur 2008.

Par contre 3F, confirmant les indications du mouvement HLM sur la « paupérisation » des locataires, enregistre un fléchissement du taux de recouvrement des loyers (98,42% en 2009 contre 99,25% en 2008).