Le chef de file des députés UMP Jean-François Copé prône un coup de "rabot généralisé de 10% sur les budgets de fonctionnement de tous les ministères et organismes dépendant de l'Etat", dans une interview au Monde daté de dimanche/lundi.

M. Copé emploie, contrairement au gouvernement, le mot de « rigueur » - « on y est »-, pour s'en enorgueillir. « Je revendique d'avoir été le premier à dire qu'il fallait une politique de rigueur. Tous les pays sont en train de prendre des décisions courageuses. On ne peut pas faire comme si la crise que traverse l'Europe allait épargner la France », dit-il.

S'agissant du coup de « rabot généralisé » sur le fonctionnement des ministères qu'il appelle de ses voeux, il explique qu'il devrait être fait « en confiant à chaque ministre le soin d'identifier les sources d'économies qui ne freinent pas la croissance ».

Economiser 10 milliards d'euros sur les niches

Il estime en outre qu'il est possible « d'économiser 10 milliards d'ici 2013, dont 5 milliards dès 2011 » sur les niches fiscales. Pour lui, toutes les niches doivent être concernées, y compris celle qui porte son nom et qui concerne certaines plus-values d'entreprises. « Il n'y a pas de vache sacrée. Toutes les niches doivent être touchées », dit-il.

Il réaffirme son souhait que les collectivités locales soient aussi concernées en préconisant l'instauration d'un « bonus/malus sur la dotation générale de fonctionnement versée par l'Etat ».

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Le président Nicolas Sarkozy a annoncé le 20 mai, lors de la conférence sur les déficits, un gel « en valeur » des dotations de l'Etat aux collectivités locales en précisant que ces dotations seraient dorénavant « modulées selon des critères de bonne gestion ».

En outre, M. Copé défend une nouvelle fois le modèle économique allemand, estimant « injustes » les critiques dont il fait l'objet. Pour lui, « c'est au tour (de la France) de faire les réformes structurelles que nos voisins ont eu le courage de conduire sous Schroeder puis sous Merkel ». « Il est impératif de faire converger nos deux modèles ».