Plusieurs associations et syndicats français, dont la CGT et la CFDT, ont lancé une pétition pour réclamer l'instauration d'une taxe sur les transactions financières à l'échelle mondiale au bénéfice d'actions contre la pauvreté, les pandémies et le changement climatique.

Figurent également parmi les initiateurs de la pétition l'association altermondialiste Attac, l'organisation non gouvernementale Oxfam France, le principal syndicat de la fonction publique FSU et l'organisation de défense de l'environnement WWF.

Dans un communiqué publié mardi, les auteurs estiment que « même à un faible taux, la taxation de ces transactions dégagerait chaque année des centaines de milliards de revenus à redistribuer et contribuerait à dissuader les comportements les plus spéculatifs ». Le texte de la pétition est en ligne sur les sites respectifs des associations et syndicats signataires, ainsi que sur le site www.makefinancework.org.

Cet appel est lancé en amont du prochain sommet du G20, qui aura lieu les 26 et 27 juin à Toronto au Canada.

Pas de consensus politique

La taxe sur les transactions financières est aussi appelée taxe Tobin, du nom de l'économiste et prix Nobel James Tobin qui en avait élaboré le principe dans les années 70. Elle consiste à prélever sur les transactions financières un pourcentage minime des montants traités. Régulièrement évoquée, l'idée a été relancée début novembre par l'ancien Premier ministre britannique Gordon Brown. Elle semble néanmoins avoir été écartée depuis au profit d'une taxe sur les établissements financiers, qui fait davantage consensus.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Interrogé mardi, le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble s'est dit favorable à ce que les Européens défendent l'idée d'une taxe sur les transactions financières lors du prochain G20, tout en admettant qu'existent des « doutes considérables » quant aux chances de succès d'une telle initiative. Son homologue française Christine Lagarde a elle considéré que les transactions financières « pourraient ne pas être le moyen le plus efficace de calculer une taxe ou un impôt ».