Plus d'1,75 million de personnes ont perçu le Revenu de solidarité active (RSA) pour février, un chiffre en faible hausse, selon le ministère des Solidarités actives qui va faire d'ici l'été "un diagnostic" du dispositif qu'il juge compliqué.

Au total, 1,756 million de foyers ont perçu le RSA, contre 1,734 en janvier, soit une hausse de 1,2%, selon un communiqué diffusé vendredi.

Ce revenu se décline en un RSA de base, dit « RSA socle », qui remplace le RMI, et un « RSA activité », versé en complément d'un faible revenu, sans limite de durée. En février, 1,13 million de foyers ont perçu uniquement le « RSA socle », tandis que 626.000 ont perçu le RSA en plus d'un salaire.

Ces derniers, les « travailleurs pauvres », étaient la principale cible du RSA.

En septembre, le gouvernement estimait que 1,6 à 1,7 million d'entre eux devraient à terme en bénéficier, espérant alors atteindre 50% de cette cible fin 2009.

Martin Hirsch, qui a mis en place le RSA et vient de céder sa place à Marc-Philippe Daubresse, espérait aussi toucher 90% du public cible du RSA en juin, soit un an après son entrée en vigueur.

Mais « une nouvelle prestation sociale ne peut pas monter en charge aussi vite », estime M. Daubresse dans un entretien aux Echos de vendredi.

Il avait jugé en mars que le dispositif pourrait être « simplifié » car il est « très compliqué ».

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Un diagnostic précis avant l'été

Le ministère va donc « travailler à l'élaboration d'un diagnostic précis d'ici l'été, qui permettra, le cas échéant, d'engager de nouvelles actions d'information voire de simplification », est-il précisé dans le communiqué. Il s'agit notamment de savoir combien de personnes « ne toucheraient que vingt ou trente euros de +RSA activité+ s'ils le demandaient » et peuvent donc être dissuadés de s'engager dans des démarches pour si peu, explique M. Daubresse.

Il précise aussi que le « RSA activité » a coûté 744 millions d'euros en 2009 et confirme l'entrée en vigueur du « RSA jeunes » le 1er septembre, qui devrait coûter 80 millions en 2010 (contre 250 millions en année pleine) selon les « estimations » du ministère.

Enfin, sur le service civique, qui devait concerner 10.000 jeunes dès cette année, M. Daubresse estime que « cela pourrait peut-être prendre un peu plus de temps » et promet « un bilan en mai 2011 ».