Les pharmaciens constatent actuellement une envolée des prix de certains produits de parapharmacie, sans comprendre véritablement les raisons de ces hausses de tarifs. Parmi ces produits figurent certains laits infantiles, des couches mais aussi des médicaments.

Ces derniers mois, les laboratoires pharmaceutiques ont procédé à des hausses tarifaires sur certains de leurs produits. Face à ce phénomène, de nombreux pharmaciens ne parviennent pas à cacher leur incompréhension.

Des hausses de prix parfois « incompréhensibles »

« De nombreuses références coûtent aujourd'hui 6, 7 ou 8 euros plus chers qu'avant la crise du Covid. Pendant la pandémie, nous étions dans l'hyper-soin. Ce n'est qu'aujourd'hui, alors que nous soufflons un peu, que nous réalisons l'ampleur de ces envolées, et certaines d'entre elles sont incompréhensibles », a confié au Parisien Pierre-Olivier Jacquot, pharmacien à Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Le constat est similaire chez les grossistes. « Depuis deux mois, 80% des 320 labos avec lesquels je travaille ont réévalué leurs prix catalogue, le plus souvent de 7 à 15% ! », a assuré Audrey Lecoq, la fondatrice de Pharmazon, un grossiste de produits de parapharmacie et de médicaments.

Des arguments qui peinent à convaincre les pharmaciens

Ainsi, depuis janvier 2020, le prix des couches Pampers a explosé de 91,3% ! Face à cette augmentation spectaculaire, le laboratoire Procter & Gamble a simplement répondu : « Chez P&G Health, nous nous engageons à proposer à nos consommateurs des marques de confiance qui offrent à la fois une performance supérieure et une forte valeur ajoutée ».

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Deux médicaments ont aussi connu une forte hausse de prix, il s'agit du Coquelusédal et de Actisoufre. Dans le même temps, neuf laits infantiles ont aussi connu des envolées de tarifs comprises entre 10,9 et 33,1%. Les arguments avancés par les laboratoires, tels que la guerre en Ukraine ou la hausse du prix de certaines matières premières, peinent à convaincre les pharmaciens. Certains soupçonnent les laboratoires de profiter du contexte pour augmenter leurs marges.