Début octobre, l’Orias, chargée d’immatriculer les intermédiaires en assurance, banque et finance opérant en France, a passé pour la première fois de son histoire le cap des 100 000 inscriptions, pour près de 60 000 professionnels répertoriés.

Organisme parapublic, l’Orias gère depuis 2007 le registre national des intermédiaires en assurance, banque et finance, qui recense les professionnels remplissant les conditions et exigences prévues par le Code des Assurances et le Code Monétaire et Financier pour ces activités. Cette inscription est obligatoire pour pouvoir exercer. Les clients peuvent ainsi se rendre sur le site de l’Orias pour vérifier que l’intermédiaire auquel ils ont affaire est bien en règle.

Lire aussi : Crédit immobilier : les courtiers mettent en garde contre les « usurpateurs »

Centrée à l’origine sur les courtiers et agents généraux en assurance, l’activité de l’Orias s’est élargie en 2012 aux intermédiaires en opération de banque et service de paiement, puis plus récemment aux conseillers en investissements participatifs (CIP) et aux intermédiaires en financement participatif (IFP). Des étapes qui ont marqué l’évolution du nombre d’inscriptions. Il a ainsi bondi entre 2012 et 2013, passant de 51 600 à près de 83 500. Il a depuis poursuivi sa croissance, passant cette année le cap des 100 000 pour la première fois. Le nombre d’intermédiaires - chacun d’entre eux pouvant être inscrit à l’Orias à plusieurs titres - approche lui les 60 000 : 59 423 précisément au 5 octobre 2018. Un chiffre qui lui aussi ne cesse de progresser.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Avec 24 194 inscriptions, les courtiers en assurances forment le principal contingent, devant les mandataires d’intermédiaire d’assurance (22 147). Viennent ensuite les mandataires non exclusifs en opérations de banque et services de paiement (11 997) et les agents généraux en assurance (11 150). Les courtiers en opération de banque et services de paiement sont eux au nombre de 6 554, et les conseillers en investissements financiers (CIF), 5 089. Enfin, les inscriptions liées à l’émergence de la finance participative sont encore portion congrue : 53 CIP, 144 IFP.