Plan du site Rechercher

Lagarde et l'affaire Tapie : 200.000 signatures pour une pétition réclamant un « vrai procès »

  • MoneyVox avec AFP
  • ,
christine Lagarde
© Service photo Bercy

Une pétition réclamant « un vrai procès pour Christine Lagarde », reconnue coupable de négligence dans l'affaire de l'arbitrage Tapie mais dispensée de peine, a recueilli plus de 200.000 signatures, a indiqué mardi à l'AFP son promoteur.

Considérant ce jugement comme « insupportable » et « dangereux pour la paix sociale », Julien Cristofoli, professeur des écoles au Mans, a lancé une pétition sur Change.org. « Le 13 mai dernier, une personne sans domicile fixe de 18 ans, qui s'était introduite dans une maison de Figeac pour y voler du riz et des pâtes par nécessité, a été condamnée à 2 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Cahors », commence le texte de présentation de la pétition.

« Ce 19 décembre 2016, Madame Christine Lagarde vient d'être jugée coupable par la Cour de justice de la République tout en étant dispensée de peine », poursuit-t-il. « Voilà maintenant que les puissant(e)s seraient dispensé(e)s de la justice ordinaire, et surtout de ses sanctions ! », s'indigne l'enseignant de 35 ans. Et d'interpeller les présidents de la République, de l'Assemblée nationale et du Sénat pour exiger que Christine Lagarde réponde « de ses actes devant un tribunal correctionnel ordinaire » et que la CJR soit supprimée.

206.000 signatures en une semaine

Lancée le 19 décembre, la pétition a recueilli plus de 206.000 signatures. « Il ne s'agit pas de gouverner par des pétitions, mais on voit bien qu'il y a une crise démocratique derrière le fait que cette pétition marche aussi bien, remarque-t-il. Le monde politique a à répondre à l'interpellation de 200.000 citoyens ».

La Cour de justice de la République (CJR), composée de trois magistrats professionnels et douze parlementaires, n'a rien trouvé à reprocher à l'ancienne ministre de l'Économie concernant le lancement en 2007 d'une procédure d'arbitrage pour solder un vieux contentieux entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais. Mais elle a estimé qu'en ne tentant pas de recours en 2008 contre la sentence arbitrale, la ministre avait fait preuve de « négligence » et « rendu inéluctable l'appropriation par les époux Tapie d'une somme de 45 millions euros ».

Cependant la CJR a estimé que la « personnalité » de la patronne du FMI, ainsi que le fait qu'elle bataillait à l'époque contre une « crise financière internationale », plaidaient en sa faveur et justifiaient de la dispenser de peine.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox