Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac, en réponse à une question sur la radio RTL, a admis que le relèvement prévu des taxes sur la bière pourrait affecter la consommation de bières françaises en encourageant l'achat à l'étranger, notamment dans les régions frontalières.

« Oui c'est un risque », a déclaré Jérôme Cahuzac, alors qu'une auditrice venait de dire sa crainte de voir se développer l'achat par les brasseries et cafés de bières dans les pays limitrophes des régions les plus consommatrices, telles que le Nord et l'Alsace.

Le ministre a néanmoins souligné que le droit d'accise sur la bière étaient en France « un des plus faibles en Europe : trois centimes par hectolitre et par degré ». « Nous passons à huit, ce qui laisse la France parmi les pays ayant les droits d'accise les plus faibles. En Belgique, en Allemagne, aux Pays-Bas, ces droits sont beaucoup plus élevés que ce qu'ils seront en France si le Parlement vote la disposition que je lui proposerai », a-t-il insisté.

5 centimes par demi

Dans le cadre de son projet de budget de financement de la Sécurité sociale pour 2013, le gouvernement a annoncé lundi que le niveau de fiscalité sur les bières allait être relevé, ce qui rapportera 480 millions d'euros à la Sécurité sociale. Cette augmentation se traduira par une « hausse équivalente à 5 centimes sur un demi de bière », selon le projet.

Le choix s'est porté sur la bière plutôt que sur le vin « pour deux raisons principales », a expliqué Cahuzac. « La première est qu'on a constaté une alcoolisation excessive, notamment de la jeunesse, plutôt avec la bière qu'avec le vin » et la deuxième est le niveau relativement bas des taxes en France par rapport à d'autres pays européens.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

« L'importation, si elle est frauduleuse, je pense en particulier au tabac, doit être vigoureusement combattue », a déclaré le ministre, faisant référence par ailleurs aux effets possibles des hausses du prix du tabac en France. « D'ailleurs, comme responsable des Douanes, j'ai déjà donné des instructions à mes services pour que la répression à l'égard des importations clandestines de tabac soit renforcée de façon très sensible, bien sûr à l'égard de nos voisins de l'Est mais également du Sud, je pense en particulier à l'Espagne ».