La ministre de l'Economie Christine Lagarde a demandé à la Direction de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF) d'intensifier les contrôles dans les stations-service, alors que les prix de l'essence évoluent à un sommet historique.

A l'Assemblée nationale, la ministre a expliqué qu'elle avait « demandé (...) à la DGCCRF d'intensifier à partir de maintenant les contrôles sur toutes les stations-service, à la fois sur les totems et sur les affichages de prix ». Il s'agit de vérifier « qu'il n'y a pas d'information fausse et que les hausses répercutées sont conformes aux hausses générales que l'on constate ».

La hausse du prix de l'énergie « est un sujet de préoccupation pour le gouvernement » car l'énergie « représente 7% du budget moyen d'un ménage français », a-t-elle poursuivi, indiquant que le gouvernement allait « augmenter toute l'information pour les ménages les plus démunis pour qu'ils puissent accéder aux tarifs sociaux du gaz et de l'électricité ».

La barre de 1,50 euro dépassée

Christine Lagarde répondait à une question du député (Nouveau Centre) du Lot-et-Garonne Jean Dionis du Séjour. Ce dernier lui avait demandé si le gouvernement entendait « rétablir la prime à la cuve accordée de 2005 à 2009 aux ménages non imposables » se chauffant au fioul. « Quels sont les dispositifs et les financements que le gouvernement entend mettre en oeuvre pour limiter l'impact négatif de ces hausses (des prix de l'énergie) sur le pouvoir d'achat des plus faibles de nos concitoyens ? », avait ajouté le député.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Les prix de l'essence en France ont battu la semaine dernière leurs records historiques établis au mois de juin 2008, le super sans plomb 95 dépassant la barre de 1,50 euro/litre toutes taxes comprises. Les prix de l'énergie ont progressé de 13,7% depuis un an en France, selon les chiffres de l'Insee pour le mois de janvier.