La "bonne tenue de la croissance française", qui a rebondi au deuxième trimestre, "permettra au gouvernement de tenir ses engagements" de réduction des déficits publics sans augmenter les impôts, a estimé vendredi le ministre du Budget, François Baroin.

Jusqu'à 160 € offerts en comparant les meilleures banques en ligne

Le produit intérieur brut (PIB) de la France a crû de 0,6% au deuxième trimestre soit trois fois plus qu'au premier, a annoncé l'Insee vendredi. « La bonne tenue de la croissance française permettra au gouvernement de tenir ses engagements, en réduisant les déficits publics par la maîtrise des dépenses et la réduction des niches fiscales, sans augmentation d'impôts », a réagi François Baroin, dans un communiqué.

Le gouvernement s'est engagé à réduire ses déficits publics (Etat, sécurité sociale, collectivités locales) de 8% du produit intérieur brut (PIB) cette année, à 6% l'an prochain et 3% en 2013, pour revenir dans les clous du Pacte de stabilité européen. Pour tenir cet objectif, il a déjà annoncé une série de coupes budgétaires et de réduction des dépenses fiscales, qu'il doit maintenant mettre en musique avant la présentation du budget fin septembre. Mais plusieurs parlementaires ont estimé qu'il n'aura pas d'autre choix que d'annoncer aussi des hausses d'impôts.