Selon une étude de l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII), la fiscalité en France, souvent présentée comme un point faible susceptible de détourner des investisseurs étrangers, est moins défavorable qu'on ne le croit.

Dans son « tableau de bord de l'attractivité en France », présenté lundi, l'AFII estime que « l'attractivité en matière de coûts et de fiscalité doit s'apprécier globalement ».

La France occupe ainsi la cinquième place dans le monde pour les coûts d'implantation des entreprises (emploi, installation, transport, impôts et taxes, équipement et énergie) et la première place européenne, détaille l'AFII. Et en matière de fiscalité, si le taux de prélèvements obligatoires (43% en 2008) est un des plus élevés, les charges sociales couvrent une gamme large de prestations, relève l'étude.

La France accueillante pour les chercheurs

Par ailleurs, « la charge fiscale effective pesant sur les entreprises en France apparaît beaucoup plus faible que le taux nominal de l'impôt sur les sociétés ne le laisse supposer ». Ainsi, malgré un taux nominal d'imposition des bénéfices parmi les plus élevés, les recettes tirées de l'impôt sur les sociétés ne représentent qu'une faible part du produit intérieur brut en France (moins de 3% en 2008, contre 4% au Japon), en raison d'une base d'imposition relativement étroite, souligne l'AFII.

Frais bancaires : jusqu'à 222 € d'économies grâce à notre comparateur

Depuis la réforme du crédit d'impôt recherche (CIR) en 2008, la France est devenue le pays offrant le traitement fiscal de la recherche et développement le plus avantageux pour les entreprises, note aussi l'AFII. Ainsi, malgré la crise, la France s'est maintenue parmi les premiers pays d'accueil des investissements directs étrangers: la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced) la classait au second rang derrière les États-Unis en 2008, au troisième rang derrière ce pays et la Chine en 2009.