Le Comité national contre le tabagisme (CNCT) a affirmé mardi que « les hausses de taxes » à venir doivent s'appliquer à « tous les produits » dont le tabac à rouler et le tabac chauffé, et atteindre au moins 70 centimes pour le paquet de cigarettes, afin de faire baisser la consommation.

« Les hausses de taxes sont l'outil le plus efficace et le plus rentable pour faire diminuer la consommation de tabac, comme le montre l'ensemble de la littérature scientifique », écrit le CNCT dans un communiqué, en particulier « auprès des jeunes générations et des catégories les plus précaires, plus sensibles à l'argument du prix ».

Si l'association anti-tabac « soutient l'initiative gouvernementale d'indexer le prix du tabac sur l'inflation » prévue dans le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) présenté la veille en Conseil des ministres, elle souhaiterait voir la fiscalité augmenter « sur l'intégralité des produits du tabac », citant « cigarettes, tabac à rouler, tabac chauffé », pour « éviter les transferts de consommation ».

Plus de 70 centimes de hausse ?

En-deçà de 70 centimes par paquet, les hausses de prix, vu le « caractère particulièrement addictif du tabac » ne « feront que pénaliser le pouvoir d'achat des fumeurs » sans faire baisser la consommation, estime le CNCT.

« Ces hausses de taxes sur les produits du tabac sont d'autant plus urgentes que le tabagisme est reparti à la hausse, suite à la mise en place d'un moratoire fiscal, au contexte d'épidémie de Covid-19, et d'une situation sociale particulièrement défavorable », affirme-t-il.

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

Car « les populations les plus précaires sont les premières victimes du tabagisme », rappelle le CNCT, qui juge « plus que jamais nécessaire » la « reprise d'une forte politique fiscale » pour « atteindre l'objectif d'arriver à une première génération sans tabac d'ici 2032 », affirme son président, le professeur Yves Martinet.

« Deux millions de concitoyens ont arrêté de fumer depuis qu'on a augmenté le prix du paquet de cigarettes, c'est un axe de prévention fort », a déclaré mardi le ministre de la Santé François Braun sur franceinfo.

« Je suis prêt à assumer que le prix du tabac suive l'inflation - il serait aberrant que le tabac revienne moins cher que les autres produits de consommation, ce que je ne veux pas assumer ce sont les 74 000 morts par an liées au tabac », a-t-il ajouté, précisant que « l'ensemble des produits du tabac vont avoir la même taxation -tabac à chauffer, à rouler-, c'est logique ».