Une majorité de Français affirme souhaiter une accélération du rythme des réformes, qu'ils soient de gauche (54%) ou de droite (58%), mais la moitié reconnaît ne pas y croire, selon un sondage Odoxa pour FTI Consulting, Les Echos et Radio Classique (1) publié mercredi. Dans cette étude, une très large majorité de Français se disent par ailleurs favorables à une remise à plat de la fiscalité.

Cette volonté d'accélérer le rythme des réformes est commune chez tous les Français, mais 50% d'entre eux pronostiquent un maintien de leur rythme actuel. Ils sont deux fois moins nombreux (27%) à croire à une accélération d'ici 2017 et presque autant (22%) à augurer un ralentissement.

Interrogés sur les objectifs économiques et sociaux que pourrait se fixer le gouvernement d'ici la fin du quinquennat, les Français placent en tête la baisse du chômage (27%) et la relance de la croissance économique (24%). Les sympathisants de gauche attendent plus le gouvernement sur la baisse du chômage (32%), quand les sympathisants de droite estiment qu'il faut avant tout relancer la croissance économique (31%).

Encadrer le travail lié au numérique

Une large majorité des sondés (69%) approuveraient une mesure permettant aux entreprises de déroger aux 35 heures en cas d'accord avec les organisations syndicales, la mise en place d'un contrat unique (59%) et la réduction ou la dégressivité de l'indemnisation chômage (58%). Les personnes interrogées disent aussi à 84% approuver un développement et un encadrement des nouvelles formes de travail liées au numérique, ou encore attendre du gouvernement une vaste remise à plat de la fiscalité (83%).

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Les Français sont en revanche défavorables au plafonnement des indemnités prud'homales (56%) et au report de l'âge de la retraite (72%).

(1) L'enquête a été réalisée par internet les 14 et 15 janvier auprès d'un échantillon de 1.011 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.