Malgré les efforts de la Banque centrale européenne pour juguler l'inflation, la flambée des prix se poursuit un peu partout sur le Vieux Continent. Partout ? Pas tout à fait. Car quelques entreprises résistent encore à la pression de l'inflation. C'est le cas de la fintech Finom.

La fintech Finom, spécialiste des comptes mobiles pour les professionnels, vient d'annoncer une baisse sur les tarifs de ses abonnements.

Jusqu'à 19 euros de baisse

Dans le détail, l'offre Premium passe à 34 euros par mois, soit 1 euro de moins qu'auparavant. Pour ce prix, Finom propose un compte mobile avec un IBAN français, associé à 5 cartes bancaires, avec un système qui vous permet de récupérer jusqu'à 3% de cashback sur chaque transaction et de nombreux services extra-bancaires destinés aux entreprises (gestion des dépenses, facturation...).

L'offre Corporate, c'est-à-dire la formule la plus complète (et la plus chère) de Finom, voit aussi son prix diminuer. L'abonnement passe de 129 euros à 110 euros par mois. Les principales différences entre les formules Premium et Corporate portent sur le nombre maximum d'utilisateurs, de cartes bancaires et de virements SEPA inclus.

Le prix des offres Start (17 euros) et Solo (gratuit), en revanche, n'évolue pas. Ce qui reste une bonne nouvelle pour les clients de Finom en cette période de forte inflation. Au mois d'août, la hausse des prix atteignait en effet 5,9% sur 1 an, selon l'Insee.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

1 millions de clients d'ici 2025

Et le secteur bancaire n'est pas épargné par les hausses. Selon une étude du comparateur Panorabanques, les frais bancaires représentaient en moyenne 219,90 euros par an au début de l'année, soit 1,5% de plus qu'en 2021.

Pour protéger le pouvoir d'achat des ménages français, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a d'ailleurs annoncé la mise en place d'un bouclier tarifaire. « Toutes les banques ont pris l'engagement de ne pas augmenter leurs tarifs bancaires de plus de 2% sur l'année 2023 », a-t-il déclaré.

En ajustant ses tarifs à la baisse, Finom espère convaincre 1 million de clients d'ici 2025. La jeune finctech qui dispose d'une licence d'émetteur de monnaie électronique aux Pays-Bas, avait levé 16,8 millions d'euros en 2020. Elle est aujourd'hui présente en France, en Allemagne et en Italie.

Compte pro : comparatif des banques en ligne pour les indépendants