La Première ministre Élisabeth Borne doit recevoir mercredi et jeudi les présidents de groupes de l'Assemblée nationale et du Sénat en plein débat sur la réforme des retraites, selon son agenda officiel publié mardi.

« L'ordre du jour ne se restreint pas aux retraites », a précisé Matignon à l'AFP, en soulignant que Mme Borne les reçoit « en amont de la session parlementaire » qui commence le 3 octobre avec notamment l'examen du projet de loi assurance chômage et le budget.

Mme Borne recevra d'abord les représentants de la majorité puis les indépendants au Sénat, les communistes et les écologistes des deux chambres, ainsi que l'Union centriste au Sénat.

L'après-midi, ce sera au tour du groupe Liberté, Indépendance, Outre-Mer et Territoires à l'Assemblée et de Rassemblement démocratique et social européen au Sénat, des deux présidents de groupe LR et enfin des représentants socialistes des deux chambres.

Jeudi, Élisabeth Borne recevra Marine Le Pen, présidente du groupe RN à l'Assemblée nationale.

Le ministre du Travail Olivier Dussopt a assuré mardi que l'hypothèse d'une réforme des retraites dans le prochain budget de la Sécurité sociale « n'est pas tout à fait tranchée ».

Malgré l'opposition unanime des syndicats et des oppositions, la piste d'une réforme par un amendement au budget de la Sécu « fait partie des scénarios » envisagés par l'exécutif, a-t-il néanmoins confirmé sur RTL. Assurant vouloir « éviter ce qu'on appelle un passage en force », il a jugé « normal que le gouvernement se garde toutes les possibilités ».

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

« Un amendement, ce n'est pas un gros mot », a estimé de son côté lundi sur LCP et Public Sénat le ministre délégué aux Relations avec le Parlement, Franck Riester, qui participera à ces rencontres.

La question du calendrier a aussi animé la réunion du groupe des députés Renaissance (ex-LREM) mardi matin, a rapporté un participant. « Il faut prendre des décisions. C'est un marqueur de courage. Le PLFSS (projet de loi de financement de la Sécurité sociale, ndlr) c'est d'abord l'enjeu Sécurité sociale donc les retraites. Allons-y », a plaidé Éric Woerth (ex-LR), très applaudi. Mais d'autres se sont prononcés contre une réforme via le projet de budget de la Sécu.

Un membre du gouvernement s'est étonné cette semaine de la méthode consistant à utiliser un amendement au projet de budget de la Sécu, y voyant un « ballon d'essai ». Et a mis en garde contre la tentation de trop recourir au 49.3, au risque de déclencher le dépôt d'une motion de censure de la part des oppositions.