Les réformes des retraites, du grand âge et du chômage, suspendues par le Covid, « restent inscrites à l'agenda du quinquennat » mais dépendront de la résolution de la crise sanitaire et de la relance, qui « sont notre grande priorité », a déclaré devant la presse le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

« La réforme des retraites et celle de la dépendance restent à l'agenda et nous les remettrons sur la table dès lors que nous serons sortis de la crise sanitaire », s'est-il borné à répondre à l'issue d'un séminaire gouvernemental sur l'agenda de l'année.

« La crise sanitaire n'a pas balayé la nécessité de réformer, de transformer nos système de retraite, bien au contraire, dans les inégalités qu'elle a révélé face à la retraite et dans des questions financières », a ajouté le porte-parole.

Auparavant, il avait dressé la liste des quatre actions prioritaires des mois à venir, sans évoquer les retraites. « Un gros point d'interrogation persiste sur ces réformes », explique toutefois une source proche de l'exécutif.

Il s'agit du déploiement du plan de relance, du projet de loi confirmant les principes républicains « pour lutter contre l'islamisme politique », de la loi sur les mesures en faveur du climat tirées des propositions de la Convention citoyenne ainsi que du « Beauvau de la sécurité », destiné à « soutenir davantage nos forces de l'ordre ».

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

Très contestée par les syndicats, tout comme la réforme des retraites, la réforme de l'assurance-chômage, dont l'application a été différée pour l'instant à avril, fera l'objet d'une réunion avec les partenaires sociaux pour discuter de son application.

« Nous poursuivons les grands objectifs et les grands principes de cette réforme, mais peut-être qu'elle peut être adaptée au regard des circonstances. C'est exactement le travail qui est en train de mener la ministre du Travail Elisabeth Borne », a-t-il poursuivi.

En, outre « des mesures importantes sur l'égalité des chances seront annoncées dans les prochaines semaines, à la demande du président de la République », a-t-il assuré.