En attendant de savoir, précisément, ce que changera la réforme en débat pour votre retraite… savez-vous déjà quelle pension vous pouvez espérer avec le système actuel, et à quel âge ? Mode d’emploi du simulateur officiel.

Quand vous êtes encore loin de l’âge de la retraite, simuler votre future pension n’est probablement pas la première de vos préoccupations. Du moins en temps normal. La réforme des retraites et la grève qui s’allonge depuis le début du mois décembre changent la donne ! Certes, l’Etat n’a pas encore mis en ligne de simulateur réellement personnalisé permettant de comparer votre situation « avant » et « après » la réforme. D’autant que le projet de loi n’a pas encore été déposé à l’Assemblée nationale… Cette réforme est pour l’heure loin d’être gravée dans le marbre ! Avant de vous pencher sur les changements éventuels, savez-vous à quelle pension vous aurez le droit avec le système actuel ?

Comment simuler votre retraite sur le site officiel

Rendez-vous sur le site officiel Info-Retraite.fr. Pour vous connecter au service « Info Retraite », nul besoin de créer un compte. Vous pouvez choisir d'y accéder via FranceConnect à l’aide de vos identifiants Impots.gouv, La Poste, ou Ameli, des services utilisés bien plus régulièrement. Il vous suffit alors d’entrer votre numéro de Sécurité sociale pour finaliser la création de votre compte « Info Retraite ». Un espace qui vous permet notamment de consulter votre relevé de carrière.

Sur la page d’accueil, cliquez sur « Simuler ma retraite », puis « Accéder au simulateur ». Une nouvelle page s’ouvre pour accéder au simulateur baptisé « M@rel ». Il faut, une nouvelle fois, cliquer sur « Simuler ma retraite » avant de compléter les informations manquantes : situation familiale, nombre d’enfants, activité professionnelle actuelle, votre situation professionnelle (en activité ou non, temps partiel ou temps plein, dans le privé ou le public, indépendant ou salarié, etc.) et enfin votre niveau de revenus. En prenant soin de bien renseigner votre revenu mensuel et si vous touchez ce revenu sur 12 mois. Précision : le revenu mensuel à renseigner est soit le brut, soit le net (choix à préciser en cochant la case correspondante), et il ne concerne que vos revenus professionnels (ni revenus fonciers, ni allocations, ni indemnités chômage...). Pour le net, il s'agit du « net avant impôt », hors prélèvement à la source, et hors allocations sociales.

Validez !

Simulation retraite

Le simulateur vous donne un « 1er résultat », avec un montant de pension envisageable à 62 ans, l’âge légal pour la grande majorité des actifs, un montant à « l’âge du taux plein », variable selon les profils, et une estimation de votre retraite à 67 ans, l’âge du taux plein automatique.

Première surprise : pourquoi ce graphique fait-il apparaître un montant qui continue de grimper après 67 ans, alors que le taux plein est définitivement acquis ? Car le calcul de la retraite ne prend pas en compte que le taux ! Exemple : concernant la retraite de base (hors complémentaire, calculée par points) des salariés du privé, si le taux s’applique au salaire annuel moyen des 25 meilleurs années, la formule de calcul prend aussi en compte la durée de cotisation (« durée d’assurance au régime général »). Et vous continuez aussi de bonifier les points du régime complémentaire. Bref : continuer à travailler plus longtemps peut permettre de gonfler ces autres paramètres, même si le taux plein est acquis.

A ce stade, si besoin, vous pouvez personnaliser ou vérifier certaines informations. Sinon, validez et passez à l’étape « ma situation future ».

Simulation retraite

Là, il faut jouer les devins : vous devez estimer vos revenus annuels nets en fin de carrière. Le simulateur vous propose sa propre estimation, que vous pouvez adapter en prévoyant une baisse, une stagnation, ou plusieurs types de hausses (régulière ou exponentielle).

Sur la page de « synthèse » (étape 4), vous pouvez simuler le montant auquel « vous pourriez avoir droit » selon le nombre de trimestres cotisés. Vous pouvez pour cela changer l’âge de départ à la retraite dans le cadre en haut à gauche de l’écran.

Simulation retraite

Cette page résume aussi l’ensemble des informations précédemment renseignées (périodes de chômage, revenu annuel brut en fin de carrière, travail à l’étranger, revenu mensuels net actuel, nombre d’enfants…), le nombre de trimestres acquis, et ceux qu’il vous restent à travailler pour obtenir une retraite à taux plein. Plus bas dans cette page, la synthèse illustre aussi la part de votre pension couverte par le régime général, et celle(s) qui dépend de régime(s) complémentaire(s). Si vous souhaitez tester votre situation avec une autre évolution de carrière, vous pouvez alors « Commencer une nouvelle simulation ».

Réforme : comment comprendre l’autre « simulateur » officiel

Le simulateur officiel « M@rel », sur Info-retraite.fr, ne vous permet de simuler qu’une pension avec le régime actuel. Un message d’avertissement apparaît désormais sur ce site pour éviter tout quiproquo : « Réforme des retraites : Votre estimation ne prend pas en compte les règles qui pourraient s'appliquer dans le futur système universel de retraite. »

Que va changer la réforme, pour vous ? Impossible à dire, précisément, d’une part car le Parlement n’a pas encore commencé à étudier le texte et, avec le mouvement de grève, il pourrait encore être amendé… A ce jour, vous pouvez uniquement consulter l’outil « système universel de retraite : suis-je concerné(e) ? » qui indique à quel niveau vous serez touché par le futur régime « universel » par points.

Le même site vous donne accès aux cas types détaillés par le gouvernement. Et le gouvernement a mis en ligne, le vendredi 24 janvier, jour de l’examen du projet de loi au Conseil des ministres, un « prototype de simulateur », sur le site dédié à la réforme avec « 70 situations individuelles », qui doit être complété petit à petit. Ce simulateur « parcours type » est avant tout un outil ludique pour mettre en avant des profils types déjà mis en ligne. Un « simulateur individuel exhaustif » avant/après la réforme, bien plus complet, est promis « courant 2020 ».