Sauf improbable retournement de situation, le taux du Livret A va rester figé à 0,5% au 1er février 2021, sa prochaine échéance de réévaluation. Avec ce taux, il faut être centenaire pour espérer doubler votre capital ! Et avec les autres placements sans risque ?

Doubler son épargne en le déposant sur un placement vous garantissant de récupérer votre mise à tout moment ? Un mirage, en 2021, face à la conjoncture de taux bas persistants ! Mais regarder le nombre d’années nécessaires pour doubler votre capital, dans un très théorique scénario de maintien des taux à leur niveau actuel, permet de comparer les performances de façon plus concrète qu’avec des pourcentages inférieurs à 1. Simulation, en comparant les 5 produits détenus par la plus large frange de la population : le Livret A, l’assurance vie, le LDDS, le Plan d’épargne logement et le Livret d’épargne populaire.

Livret A et LDDS : décollage centenaire

A 0,5%, la rémunération du Livret A vous paraît faiblarde ? Comparée aux 0,06% moyens des livrets bancaires « classiques », le taux du Livret A est une aubaine ! En prenant en compte la fiscalité (prélèvement forfaitaire unique, ou flat tax, à 30%), il vous faudrait plus de 1 600 ans pour doubler votre épargne sur un livret bancaire « classique » rémunéré à 0,06% brut…

Sur un Livret A ou un LDDS, le taux de rémunération de 0,5% est exonéré de toute imposition. En prenant en compte la capitalisation des intérêts - la rémunération annuelle s’ajoute chaque année au capital, qui génère de nouveaux intérêts – il vous faudra tout de même 139 ans pour doubler l’épargne déposée sur un Livret A au taux actuel.

Livret A rémunéré à 0,5%Capital
Au bout de 5 ans10 253 €
… 10 ans10 511 €
… 20 ans11 049 €
… 100 ans16 467 €
… 139 ans20 002 €

La simulation détaillée dans le tableau ci-dessus repose sur le principe suivant : 10 000 euros déposés à 0,5%, en laissant ensuite « travailler » cette épargne sans rien retirer ni déposer. Et en partant d’une hypothèse totalement théorique d’un maintien du taux à 0,5% pendant plus d’un siècle…

Son point faible : support adapté à l’épargne de précaution (2 à 3 mois de revenus), le Livret A – tout comme le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) - ne vous permet en revanche pas de faire fructifier un capital sur le long terme. Même si son taux est actuellement supérieur à l’inflation (0% en décembre 2020), préservant tout de même votre pouvoir d’achat.

Lire aussi : 1 000 euros sur un Livret A, ça fait combien d’intérêts en 1, 2, 5, 10 et 20 ans ?

Assurance vie : près de 60 ans aux taux actuels

Par définition, impossible de connaître les rendements des fonds en euros lors des années à venir, et encore moins sur les décennies à venir ! Prenons donc le dernier taux de référence : le rendement moyen calculé par le régulateur de l’assurance, l’ACPR, 1,46% pour l’année 2019. Il faut retrancher les cotisations sociales (actuellement à 17,2%), prélevées chaque année sur les intérêts des fonds euros.

Même avec ce scénario favorable, puisque les rendements vont probablement continuer à baisser, il faudrait plus d’un demi-siècle pour doubler votre patrimoine ! 58 ans, plus exactement : plus de temps qu’il en a fallu aux sondes Voyager 1 et 2 pour quitter le système solaire…

Fonds euros au taux moyen *Capital
Au bout de 5 ans10 619 €
… 10 ans11 277 €
… 20 ans12 717 €
… 30 ans14 340 €
… 58 ans20 076 €

* 1,46% après frais de gestion, selon l'ACPR, en 2019, environ 1,21% net après cotisations sociales annuelles (17,2%)


Son point faible : le fonds en euros de l’assurance vie est irrémédiablement sur une pente déclinante. Jusqu’à quand ? Impossible d'y répondre. Mais le rendement moyen, de 1,83% en 2018 et 1,46% en 2019, est attendu peu au-dessus de 1% pour la rémunération de l’année 2020. Il est aujourd'hui difficile d’obtenir de « bonnes » performances à long terme sans miser en partie sur les unités de compte.

Lire aussi le palmarès des taux 2020 de l’assurance vie

Investissez dans les PME françaises - 3 plateformes comparées

PEL : 40 ans pour les anciens, 100 ans pour les nouveaux

Vous faites partie des chanceux qui ont ouvert un Plan épargne logement avant mars 2011 ? Double jackpot ! D’une part votre PEL fait partie de l’ancienne génération de plans, sans durée de vie maximale (15 ans maximum depuis mars 2011). D’autre part le taux contractuel de 2,5% est garanti pour toute la durée de vie du produit.

Certes, les cotisations sociales – prélevées chaque année à partir du 10e anniversaire du PEL – rognent ces 2,5%. Et les intérêts sont aussi soumis à l’impôt sur le revenu (par défaut à hauteur de la flat tax, soit 30% cotisations sociales inclues) à partir du 12e anniversaire. Mais même en réglant impôt sur le revenu et cotisations sociales chaque année, le taux net ressort à 1,75%. Imbattable actuellement pour un placement sans risque. Résultat : le capital est doublé en « seulement » 40 ans (1).

Vieux PEL rémunéré à 2,5% brut *Capital
Au bout de 5 ans10 906 €
… 10 ans11 894 €
… 20 ans14 148 €
… 30 ans16 828 €
… 40 ans20 016 €

* En appliquant la flat tax de 30%


Son point faible : seuls les détenteurs d’un PEL ouvert avant mars 2011 peuvent profiter d’un tel taux ad vitam aeternam… Ouvrir un PEL en 2021 offre un taux garanti de 1% (à condition de respecter les versements réguliers), les intérêts étant soumis à la flat tax (cotisations sociales et impôt sur le revenu). Autrement dit : 0,7% net d’impôt par an. A ce rythme, il faut 100 ans pour doubler un capital… soit près de 7 fois la durée de vie maximale d’un « nouveau » PEL (15 ans).

Lire aussi : Mon PEL a 10 ans : va-t-il être clôturé ?

LEP : 70 ans mais… 2 fois plus rapide que le Livret A

Sur un Livret d’épargne populaire, impossible de démarrer avec 10 000 euros : le plafond de versements est de 7 700 euros. Partons avec 5 000 euros, rémunérés à 1% net de tout impôt. Résultat : dans les conditions actuelles, il faudrait tout de même 70 ans pour doubler votre épargne et dépasser le cap des 10 000 euros grâce à la capitalisation des intérêts. Plus long que le règne – en cours – d’Élisabeth II, règne qui dépassera les 69 ans en février prochain. Cela reste toutefois deux fois plus « rapide » que le Livret A.

LEP rémunéré à 1%Capital
A l'ouverture5 000 €
Au bout de 5 ans5 255 €
… 10 ans5 523 €
… 20 ans6 101 €
… 70 ans10 034 €

Son point faible : pour les ménages éligibles, le LEP est un meilleur support d’épargne de précaution que le Livret A, puisque la rémunération va actuellement du simple au double. Le développement du LEP a récemment été freiné, entre autres, par la nécessité pour les détenteurs d’envoyer chaque année leurs justificatifs de ressources. Cette corvée va disparaître en 2021 : les justificatifs ne devront être présentés qu’à l’ouverture, puis la vérification annuelle auprès du fisc sera automatisée.

Lire aussi : Ce qui change pour votre épargne en 2021

La « règle d’Einstein »

Vous vous demandez en combien d’années tel ou tel placement va vous permettre de doubler votre capital ? Il existe une formule pour y répondre, la « règle d’Einstein », ensuite simplifiée par le Dr. Albert Bartlett comme l’explique La Finance pour tous dans un article pédagogique : divisez 70 par le chiffre de votre pourcentage et vous obtiendrez le nombre d’années nécessaires pour doubler le capital. Cette formule offre un résultat arrondi mais qui permet de se faire une idée rapidement.

Un exemple. Pour un placement rémunéré à 2%, divisez 70 par 2 = 35. Le capital double en 35 ans.

Quelles alternatives à long terme, en acceptant une part de risque ?

Ces calculs sont déjà totalement théoriques pour les produits sans risque. Une telle simulation serait sans fondement pour les produits plus risqués car, par définition, les performances sont vouées à évoluer bien plus fortement d’une année à l’autre. Le symbole le plus évident étant les dernières performances annuelles du CAC40 : une envolée de 26,37% en 2019 suivie d’une baisse de 7,14% en 2020, et ce même si les boursicoteurs craignaient bien pire en mars dernier.

Il n’empêche, si votre objectif est de faire fructifier votre épargne sur le long terme, il est actuellement difficile de faire autrement qu’en prenant des risques, mêmes mesurés. L’IEIF (2) estime chaque année les rendements de différentes familles de placement sur plusieurs décennies. Dans sa dernière édition (1979-2019), l’immobilier et les actions ressortent une nouvelle fois comme les investissements les plus rentables à long terme, malgré les soubresauts des marchés. La performance annuelle avoisine les 9% sur les 10 dernières années pour les actions, et elle dépasse les 6% pour les SCPI. Mais attention : il est évidemment impossible de prédire les rendements futurs…

(1) Scénario retenu pour le PEL à 2,5% brut : un plan pour lesquels les intérêts annuels sont soumis à la flat tax (12,8% d’impôt sur le revenu et 17,2% de cotisations sociales). Donc un plan de plus de 12 ans, pour un capital théorique de 10 000 euros au départ du scénario. Ce PEL étant « échu », aucun nouveau versement n’est effectué : l’épargne est doublée en 40 ans – avec la fiscalité applicable en 2021 - uniquement grâce à la capitalisation des intérêts.

(2) Institut de l’épargne immobilière et foncière.