Deux nouveautés font leur apparition pour le calcul de la rémunération du Livret A. Voici concrètement ce que ça va changer.

Non, le taux du Livret A ne change pas. En tout cas pas dans l’immédiat. Depuis le 1er février 2020, il reste bloqué à 0,5%, son plus bas niveau depuis sa création en 1818. En théorie, il devrait même être dans le rouge à -0,3% au regard de la formule de calcul mise en place l’an passé. Mais le gouvernement avait alors décidé de fixer une limite en dessous de laquelle la rémunération du Livret A ne pourrait pas tomber : 0,5% justement.

C’est cette formule de calcul qui vient d’être amendée par un arrêté du 27 janvier publié ce jeudi au Journal officiel. Jusqu’ici, elle prenait en compte la moyenne semestrielle de l’inflation, hors tabac, et la moyenne semestrielle du taux interbancaire Eonia. Désormais, l’Eonia est remplacé par l’€STR. La mise en place de ce nouvel indicateur, utilisé par les banques pour fixer les taux d'intérêt de certains prêts et placements, a été décidée par les autorités européennes pour empêcher d’éventuelles manipulations comme celles ayant ébranlé l'Euribor dans les années 2000. L’€STR sera évalué directement par la Banque centrale européenne alors que l’Eonia reposait sur les déclarations d’un panel réduit de banques.

Calculé sous la forme d'une moyenne de taux d'intérêt pondérée par le volume de transactions réalisées entre les banques, le cours de l'€STR est légèrement plus bas que celui de l’Eonia. A en croire l’économiste Philippe Crevel, l’impact sur le calcul du taux du Livret A sera très marginal, surtout avec la garantie qu'il ne puisse pas descendre sous la barre des 0,5%.

En résumé, désormais, le calcul de la rémunération du Livret A s’effectue de la façon suivante : il s’agit de la moyenne, sur les 6 derniers mois, entre la valeur de l'€STR et celle de l'inflation avec la prise en compte sur 12 mois glissants de l'indice des prix à la consommation hors tabac. La Banque de France arrondit ensuite ce résultat au dixième de point supérieur (auparavant le plus proche). Si comme c’est le cas en ce moment, il en ressort une rémunération inférieure à 0,5%, c’est le taux plancher qui s’applique.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

En revanche, la périodicité du calcul ne change pas. Sauf révisions exceptionnelles proposées par la Banque de France, le calcul du taux du Livet A est effectué tous les 6 mois, le 15 janvier et le 15 juillet, déclenchant s’il y a nécessité, et selon l'autorisation du ministère de l’Economie, d’appliquer un nouveau taux le 1er février et le 1er août de chaque année. Le taux ainsi fixé s'applique aussi au LDDS.

En savoir plus sur la formule de calcul du Livret A

Une limite à la hausse et à la baisse du taux

Si vous avez eu le courage de lire cet article et surtout de le comprendre jusque-là, accrochez-vous encore un peu car l’arrêté réserve une autre subtilité. Pour éviter que le taux du Livret A n'oscille trop d’un semestre à l’autre, en cas de forte variation de l'€STR et ou de l'inflation, il est prévu que le taux du Livret A ne puisse pas, en théorie, s’envoler ou baisser de plus de 0,5 point entre deux semestres.

Cette contrainte transitoire de 0,5 point était déjà en vigueur précédemment. En revanche, le texte publié ce 11 février au JO ne mentionne plus la précédente règle qui intégrait une seconde limite de variation, de 1,5 point maximale. Comme quoi, même si cette nouvelle méthodologie reste absconse, elle comporte une (petite) simplification...

5 placements sans risque qui rapportent jusqu'à 5 fois plus que le Livret A