Emploi d'un salarié à domicile, dons aux associations, cotisations syndicales ou encore frais de scolarité des enfants : plus de 11 millions de ménages profitent d'un dispositif de crédit ou de réduction d'impôt. A quelle hauteur grimpe cet avantage fiscal ?

Trois foyers sur dix. Les crédits et réductions d'impôt sont loin de profiter à une poignée de privilégiés : près de 11,6 millions de foyers, soit pas loin d'un tiers des Français, en a bénéficié en 2020 selon la Direction générale des finances publiques (DGFiP), qui vient de dévoiler des statistiques détaillées sur l'impôt 2020 portant sur les revenus 2019. Coût global pour l'Etat : 15 milliards d'euros en 2019, soit 8,3 milliards pour les crédits et 7,2 milliards pour les réductions d'impôt.

Evidemment, selon le type de crédit ou de réduction, les bénéficiaires ne sont pas les mêmes... et les montants vont du simple au décuple, voire plus ! Ce qui s'explique par les plafonds très variables de ces avantages fiscaux, mais aussi par leur « succès » auprès des contribuables.

En levant le voile sur ces statistiques, la DGFiP souligne ainsi que, parmi les principaux crédits d'impôts, « plus de la moitié » du montant déboursé par l'Etat l'a été au titre de l'emploi à domicile, aussi appelé crédit d'impôt services à la personne (garde d'enfants à domicile, assistance aux personnes âgées, tâches ménagères, etc.) : cet avantage fiscal concerne 4,2 millions de foyers fiscaux, pour un montant global de 5 milliards d'euros, ce qui représente un crédit d'impôt moyen de 1 178 euros par foyer et par an.

Une niche fiscale comme l'investissement locatif Pinel profite elle à un nombre plus restreint de contribuables (220 000 foyers) pour un coût avoisinant le milliard d'euros (et le double en comptant les précédents dispositifs Scellier et Duflot). Réduction moyenne annuelle pour les propriétaires bailleurs éligibles : plus de 4 000 euros par bénéficiaire.

Montant moyen des crédits et réductions d'impôt
Principaux crédits et réductions d'impôtFoyers bénéficiairesMontant moyen par foyer bénéficiaire
Crédit d'impôt emploi à domicile4,2 millions1 178 € par an
Crédit d'impôt frais de garde d'enfant hors du domicile1,7 million671 €
Crédit d'impôt transition énergétique870 0001 252 €
Crédit d'impôt compétitivité emploi120 0001 999 €
Crédit d'impôt cotisations syndicales1,3 million110 €
Total des crédits d'impôt

8,1 millions

1 018 € par an

Imposition spécifique des revenus de source étrangère270 0007 112 €
Dons à des organismes d'intérêt général
(réduction de 66%)
3,3 millions382 €
Dons aux personnes en difficulté
(réduction de 75%)
1,6 million183 €
Investissement locatif Pinel220 0004 023 €
Investissement locatif Scellier210 0004 437 €
Investissement locatif Duflot30 0003 815 €
Investissements productifs outre-mer30 00016 371 €
Frais de scolarisation des enfants2,2 millions186 €
Frais liés à la dépendance230 0001 336 €
Location meublée non professionnelle50 0002 731 €
Total des réductions d'impôt

6,4 millions

1 128 € par an

Total des crédits et réductions d'impôt

11,5 millions

1 341 € par an

Source : DGFiP Statistiques. Crédits et réductions d'impôt sur les revenus 2019.

Certains crédits d'impôt sont « en fin de vie » : le crédit d'impôt transition énergétique est ainsi progressivement remplacé par MaPrimeRénov'. La DGFiP relève aussi le cas particulier de l'imposition des revenus de source étrangère, catégorisé par le service statistique du fisc parmi les réductions d'impôt. Cet avantage fiscal coûte 1,9 milliard d'euros aux finances publiques : « Cette réduction permet d'éviter une double imposition pour les personnes déclarant par ailleurs leurs revenus à l'étranger. »

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Les dons aux organismes d'intérêt général, qui ouvrent droit à une réduction de 66%, concernent plus de 3,3 millions de foyers, pour un coût global de 1,26 milliard d'euros pour l'Etat. La réduction moyenne découlant d'un don à ces organismes est de 382 euros, et de 183 euros pour les dons aux associations venant en aide aux personnes en difficulté (réduction de 75% du don). Rappel d'importance : il s'agit ici d'une réduction d'impôt, et non d'un crédit. Un foyer non imposable qui donne à une association ne perçoit donc aucun avantage fiscal. Selon l'étude annuelle Recherches & Solidarités, en France, environ un quart des donateurs sont non imposables et donnent ainsi de manière totalement désintéressée, fiscalement parlant.

Impôt sur le revenu : les 8 niches fiscales les plus coûteuses pour l'État