Vos enfants sont de jeunes adultes et vous vous demandez s’il est intéressant, financièrement parlant, de réclamer un rattachement fiscal ? Pour le savoir, il faut se lancer dans les simulations…

La question du rattachement fiscal se pose uniquement si vous avez des enfants majeurs, ou des enfants étudiants. Le rattachement peut être réclamé pour les enfants qui ont moins de 21 ans au début de l’année concernée par la déclaration (ceux nés en 1999 ou après pour l’impôt 2021), ou moins de 25 ans (nés en 1995 ou après) s’ils poursuivent leurs études voire pour ceux qui ont fêté leurs 18 ans courant 2020 (nés en 2002).

Lire aussi : Comment rattacher vos enfants à votre foyer fiscal

Le rattachement fiscal des enfants majeurs est-il toujours intéressant ?

« Il y a clairement un calcul d’opportunité à faire ! » répond d’emblée Charly Tournayre, responsable de l’ingénierie patrimoniale chez Thesaurus. « Mais attention : le rattachement n’est pas toujours intéressant pour les parents. Rattacher un enfant qui travaille peut être un mauvais calcul. Tout dépend si l’enfant a perçu des revenus, et s’il est étudiant. »

« Le premier réflexe, c’est de simuler votre situation personnelle », poursuit Charly Tournayre. Soit à l’aide du simulateur officiel, soit en testant les deux formules directement sur votre déclaration en ligne. Il faut tester deux voire trois options : « D’une part en rattachant vos enfants, et d’autre part sans rattachement mais éventuellement en déduisant une pension alimentaire. Et il faut évidemment faire une simulation supplémentaire, pour l'enfant seul, en l'absence de rattachement. »

« Tout dépend si l’enfant a perçu des revenus, et s’il est étudiant »

Quand vous ne rattachez pas vos enfants, vous pouvez en effet bénéficier d’une pension alimentaire, plafonnée à 5 959 euros. Cette pension alimentaire – à déclarer case 6EL – est déductible si l’enfant majeur n’est pas à charge, et si cet enfant a besoin d’une aide financière. Elle peut être déduite que l'enfant vive ou non sous votre toit, mais vous dever pouvoir présenter les justificatifs du versement de la pension et de la nécessité des dépenses (loyer, nourriture, etc.) si le Trésor public vous le demande. Et l'enfant majeur doit déclarer ces sommes dans la catégorie ressources – case 1AO, rubrique « vos revenus » puis « pensions, retraites... » – de sa propre déclaration.

Vous pouvez aussi appliquer une déduction forfaitaire de 3 542 euros, au titre du logement et de la nourriture (même case 6EL). Solution moins contraignante puisque ne nécessitant pas de justificatifs (1), mais uniquement si vous hébergez à l'année un enfant majeur « sans ressources suffisantes » ! Là encore, cette pension forfaitaire doit obligatoirement être déclarée par l'enfant majeur à la rubrique revenus de sa propre déclaration.

Exemple pour un enfant non étudiant

Un couple touche 25 000 € annuels en salaires, chacun, et hésite à rattacher un enfant né en 2000, non étudiant, qui a son propre appartement et a de son côté touché 5 000 € en salaires en 2020.

  • Avec le rattachement : impôt de 2 592 €
  • Sans le rattachement : impôt de 2 679 €
  • Sans le rattachement et en déclarant une pension alimentaire de 5 000 € : impôt de 1 880 €

La différence s’avère certes faible (87 €) lorsque la comparaison se limite à l'option du rattachement, ou non. En revanche, en associant l’option « pension alimentaire » à l'absence de rattachement, ce couple économise 712 € par rapport au « simple » rattachement fiscal.

De son côté, s'il déclare ses revenus séparément, l'enfant non étudiant de 20 ans ne sera pas imposable, avec ou sans pension.

Pour un enfant sans activité logé chez ses parents

Le même couple (qui touche 25 000 € de salaires annuels, chacun) songe à rattacher son fils né en 2001, au chômage et sans aucun revenu en 2020. En l'absence de loyer à justifier au fisc, ils hésitent entre le rattachement et la déduction forfaitaire.

  • Avec le rattachement : impôt de 1 873 €
  • Sans le rattachement : impôt de 2 679 €
  • Sans le rattachement et en appliquant la déduction forfaitaire de 3 542 € : impôt de 2 113 €

Pour un jeune adulte sans activité et logé à votre domicile, le rattachement fiscal apparaît clairement comme l'option la plus judicieuse.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Rattacher un enfant étudiant : des avantages spécifiques ?

Le rattachement s’avère plus judicieux lorsque votre enfant est étudiant. D’une part vous bénéficiez d’une exonération des 4 618 premiers euros pour les jobs étudiants de votre enfant : des revenus qu’ils ne faut pas déclarer, même s’il est conseillé de signaler cette exonération dans le cadre réservé aux remarques. D’autre part vous pouvez profiter d’une réduction d’impôt de 183 euros par enfant rattaché suivant des études universitaires (à signaler à la case 7EF).

Exemple pour un enfant étudiant

Le même couple (qui touche 25 000 € de salaires annuels, chacun) hésite à rattacher leur fille née en 1998, qui poursuit elle ses études, paie son propre logement et a touché 5 000 € via des jobs étudiants en 2020.

  • Avec le rattachement : impôt de 1 690 €
  • Sans le rattachement : impôt de 2 679 €
  • Sans le rattachement et en déclarant une pension alimentaire de 5 000 € : impôt de 1 880 €

Pour un enfant inscrit à l'université, grâce à l'exonération portant sur les revenus de jobs étudiants et grâce à la réduction d'impôt « enseignement supérieur », le rattachement est plus « rentable » - fiscalement parlant - que la pension alimentaire.

Leur fille étudiante ne paiera dans tous les cas pas d'impôt sur le revenu.

Pour votre enfant, être rattaché ou non, ça change quoi ?

La décision du rattachement doit par définition être prise en accord avec votre enfant, étudiant ou non. Car le fait de déclarer ses revenus, et ainsi de devenir contribuable, peut lui ouvrir des droits. Cela permet par exemple d’ouvrir un Livret d’épargne populaire (LEP), rémunéré actuellement à 1% net d’impôt !

Lire aussi : Comment remplir votre première déclaration de revenus ?

Le rattachement est-il plus important pour les foyers aisés ?

« Plus les revenus, et donc le taux marginal d’imposition (2), sont élevés, plus la demi-part supplémentaire de l’enfant rattaché aura un impact sur l’impôt à payer », insiste le fiscaliste Charly Tournayre. « Le plus souvent, pour un enfant étudiant sans revenus, le rattachement est fiscalement intéressant pour les parents », ajoute-t-il, en rappelant aussitôt que le rattachement fiscal reste du « cas par cas ».

Exemple pour un étudiant logé chez sa mère

Cette fois, une mère célibataire touche 50 000 € de revenus salariés. Son fils de 19 ans est étudiant, sans revenus, et loge chez sa mère.

  • Avec le rattachement : impôt de 5 753 €
  • Sans le rattachement : impôt 7 506 €
  • Sans le rattachement et en déclarant une pension forfaitaire de 3 542 € : impôt de 6 443 €

Cette contribuable pouvant profiter du rattachement et de la réduction d'impôt « enseignement supérieur » a tout intérêt à déclarer son fils étudiant à charge.

Pour un enfant non étudiant

Un père célibataire (50 000 € de revenus salariés) a un fille de 20 ans, non étudiante. Elle a son propre logement, a touché 5 000 € en 2020 et sera dans tous les cas non imposable.

  • Avec le rattachement : impôt de 7 286 €
  • Sans le rattachement : impôt 7 506 €
  • Sans le rattachement et en déclarant une pension alimentaire de 5 000 € : impôt de 6 006 €

Si ce contribuable aux revenus confortables peut justifier d’une aide à sa fille dans le besoin, il est finalement préférable de privilégier la pension alimentaire, et donc de renoncer au rattachement.

(1) La notice de la Direction générale des finances publiques (DGFiP) indique : « Si vous subvenez à tous les besoins d'un enfant ou d'un ascendant sans ressources vivant sous votre toit, vous pouvez déduire sans justification une somme forfaitaire de 3 542 euros. » Attention : si « l’hébergement de l’enfant ne porte que sur une fraction de l’année, cette somme doit être réduite au prorata du nombre de mois concernés ».

(2) Taux d'imposition le plus élevé applicable à vos revenus : par exemple la tranche à 30% pour un célibataire ayant un revenu imposable de 50 000 euros.