Les autorisations de nouveaux logements sociaux seront inférieures à 100.000 en métropole en 2022 pour la troisième année consécutive, a annoncé mercredi la présidente de l'Union sociale pour l'habitat (USH), Emmanuelle Cosse.

« Les agréments (autorisations, NDLR) de logements sociaux seront encore bas en 2022, peut-être seront-ils un peu moins mauvais que l'année dernière, mais quoi qu'il en soit on comptera moins de 100.000 logements agréés », a déclaré Emmanuelle Cosse.

En 2021, il y avait eu en métropole un peu moins de 95.000 agréments de logements financés par le fonds national des aides à la pierre, loin des objectifs fixés par le gouvernement et les bailleurs.

« Ce constat dans l'Hexagone vaut aussi dans les outremers, où la production marque un ralentissement inquiétant », a ajouté Emmanuelle Cosse.

L'ancienne ministre a réclamé au gouvernement de revenir sur la réduction des loyers de solidarité (RLS), « impôt fainéant » selon elle, qui oblige depuis 2018 les bailleurs sociaux à réduire leurs loyers pour compenser la réduction des aides au logement (APL) versées aux locataires.

Une revendication récurrente de l'USH, qui critique sans cesse les économies budgétaires au détriment du logement social réalisées sous le premier quinquennat d'Emmanuel Macron.

Crédit immobilier : découvrez les taux les plus bas pour votre projet

« La situation n'est pas bonne sur le plan du logement et elle n'est pas bonne sur le plan du logement social », a ajouté Emmanuelle Cosse, la dette des organismes HLM ayant augmenté de 3,5 milliards d'euros en 2022 du fait de l'augmentation du taux du livret A, qui sert à les financer.

L'USH consacrera l'année 2023 à « l'engagement volontaire du mouvement HLM en faveur des énergies renouvelables et de la protection de la biodiversité », a promis Emmanuelle Cosse, réclamant davantage de subventions pour mener à bien la rénovation énergétique des logements sociaux.