Le marché locatif des bureaux, en chute sans précédent depuis le premier confinement de mars 2020 en France, a poursuivi sa baisse au premier trimestre 2021, selon l'indicateur trimestriel de référence Immostat publié jeudi.

« Le démarrage poussif de la campagne de vaccination en France et les restrictions (...) dans un contexte sanitaire toujours difficile retardent la reprise » a résumé dans une communiqué le cabinet JLL, l'un des membres d'Immostat.

Entre janvier et mars, la superficie totale de bureaux loués en région parisienne a reculé de 30%, à 327.400 mètres carrés, par rapport à la même période l'année précédente, indique le bilan trimestriel Immostat.

Mais en écartant de la comparaison la « transaction » de Total au premier trimestre 2020 sur la tour « The Link » de « 126.000 mètres carrés » dans le quartier d'affaires de la Défense, la baisse du marché locatif se maintient à -4%, nuance le cabinet JLL.

Le bilan Immostat, effectué par plusieurs gros spécialistes du secteur dont JLL, concerne seulement l'Ile-de-France, où se concentre le gros du marché français.

En plus de la chute des locations de bureaux, un autre chiffre témoigne des difficultés du marché depuis un an, celui de l'argent versé par les investisseurs pour devenir propriétaires d'immobilier d'entreprise.

A 3,2 milliards d'euros investis au premier trimestre dans le secteur en région parisienne, il recule de près de 38% par rapport à un an plus tôt, mais reste « en accord avec la moyenne des 5 dernières années » note le cabinet JLL.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

« Nous anticipons une reprise marquée de l'activité au second semestre qui devrait permettre d'atteindre un volume d'investissement relativement similaire à celui enregistré en 2020 », estime Stéphan Von Barczy, du département investissement de JLL.

Sur l'ensemble de l'année 2020, le marché locatif des bureaux en région parisienne avait reculé de près de moitié (-45%), dans un contexte marqué par la crise du coronavirus, le recours massif au télétravail et plusieurs épisodes de confinements.

Par rapport aux logements, les bureaux font généralement l'objet d'opérations plus lourdes et leur attrait reflète plus directement la situation économique.