Le groupe immobilier français Gecina, spécialiste des bureaux, a enregistré une baisse limitée de son activité l'an dernier, et table sur un recul en 2021 sous l'effet notamment de cessions et de l'allongement des délais de commercialisation.

En 2020, Gecina a dégagé un bénéfice net récurrent - indicateur de référence du secteur - de 421 millions d'euros, en repli de 4% sur un an, selon un communiqué jeudi. Son chiffre d'affaires s'affiche en baisse de 2,3% (à périmètre courant), à 658 millions d'euros.

La foncière met en avant son « modèle résilient face à l'épreuve du choc sanitaire », indiquant que « près de 99% des loyers de 2020 ont d'ores et déjà été encaissés » et que « le rythme de collecte au premier trimestre 2021 est normalisé ».

Pour la seule activité bureaux, les revenus locatifs s'inscrivent en baisse de 2,7%, « une variation qui traduit l'effet des cessions d'actifs non stratégiques réalisées en 2019 et en 2020 (-31 millions d'euros) », indique le communiqué.

En pleine pandémie de coronavirus, la foncière évoque également « le retour au bureau » des salariés en télétravail : « à la fin du mois de janvier, la moyenne hebdomadaire de retour au bureau était de -31% par rapport à une situation normalisée, proche du niveau atteint en septembre et octobre 2020 alors que des mesures sanitaires pourtant contraignantes sont aujourd'hui appliquées, avec notamment un couvre-feu imposé à 18h ».

« La tendance est moins soutenue à l'étranger, notamment dans la région de Londres, où le retour au bureau est de l'ordre de -55% sur la dernière semaine de janvier », note Gecina.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Au titre des perspectives, le groupe envisage 2021 comme « une année de transition ».

« Sous l'effet des cessions réalisées en 2020 ainsi que des libérations d'actifs à fort potentiel de création de valeur destinés à être restructurés » ou encore « de l'allongement des délais de commercialisation », le groupe indique que « son résultat récurrent net part du groupe par action est attendu en baisse en 2021, et devrait être de l'ordre de 5,3 euros par action », contre 5,72 euros en 2020.