Le marché français des bureaux a fortement chuté en 2020 dans un contexte marqué par la crise du coronavirus et plusieurs épisodes de confinement, selon l'indicateur de référence publié vendredi.

L'an dernier, la quantité de bureaux loués en région parisienne a reculé de près de moitié (-45%) par rapport à un an plus tôt, montre le bilan Immostat. Elle se mesure en superficie totale, celle-ci s'établissant à 1,32 million de mètres carrés.

Ce bilan, effectué par plusieurs gros spécialistes du secteur, se concentre sur l'Ile-de-France, là où se trouve le très gros du marché français.

Comme de nombreux secteurs économiques, l'immobilier a subi les effets de la crise, l'activité ayant notamment été bloquée au printemps par un strict confinement décrété contre la propagation du virus.

Mais la déprime des bureaux contraste avec la résistance du marché des logements, du moins anciens. Pour ces derniers, les visites avaient fortement rebondi à l'été, même s'il reste à évaluer pleinement les conséquences du reconfinement plus relâché de la fin 2020.

Par rapport aux logements, les bureaux font généralement l'objet d'opérations plus lourdes et leur attrait reflète plus directement la situation économique.

La crise se traduit donc par un bond des bureaux immédiatement disponibles, c'est-à-dire vacants. En région parisienne, ils progressent de plus d'un tiers (+36%) par rapport à un an plus tôt.

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Les bureaux ont aussi attiré bien moins d'argent qu'auparavant. L'an dernier, 26,3 milliards d'euros ont été investis en immobilier d'entreprise - sur toute la France et non seulement la région parisienne -, soit un déclin de 36%.

« A noter (...) cette année, le recul des investisseurs étrangers et particulièrement les investisseurs asiatiques », souligne dans un communiqué la filiale immobilière de BNP Paribas, membre d'Immostat.