Plan du site Rechercher

Immobilier : assez résistant à la crise, Nexity reste prudent pour la suite

Nexity

Nexity, premier promoteur immobilier français, s'est maintenu dans le vert au premier semestre malgré une chute de ses bénéfices due à la crise du virus, a-t-il annoncé mardi, sans s'avancer à des prévisions précises pour l'ensemble de l'année.

« Malgré une crise d'une dureté inouïe, Nexity est resté profitable au premier semestre », a souligné Alain Dinin, PDG du groupe, dans un communiqué de présentation de ses résultats semestriels.

Entre janvier et juin, Nexity a engrangé 1,7 milliard d'euros de revenus, soit un repli de 6,7% par rapport à un an plus tôt. Son bénéfice net s'est effondré de 87,5% à 6,6 millions.

Ces résultats sont dans la lignée des autres grands promoteurs ayant déjà publié leurs chiffres, dont Kaufman & Broad et Icade. Tous ont subi les conséquences du confinement, qui a forcé pendant des semaines de multiples chantiers à l'arrêt, mais plutôt limité les dégâts.

Plus que les revenus eux-mêmes, qui reflètent des transactions passées, ce sont les chiffres de réservations qui témoignent de la santé des ventes. Comme ses concurrents, Nexity fait, à ce titre, état d'un franc rebond en juin.

Au total, ses ventes de logements représentent même, pour tout le semestre, un montant supérieur à ce qu'il était un an plus tôt.

Toutefois, elles chutent auprès des particuliers. Ce sont les gros investisseurs qui ont soutenu les ventes et sont désormais majoritaires au sein des réservations.

« Il n'y a donc pas destruction de la demande, mais substitution de la demande », a résumé M. Dinin.

A ce titre, Nexity met en avant le rôle de CDC Habitat, déjà évoqué par plusieurs promoteurs français. Ce groupe est la filiale dédiée au logement de la Caisse des dépôts, elle-même bras financier de l'état, et a promis d'acheter des dizaines de milliers de logements pour faciliter la sortie de crise.

Désormais, vu le contexte particulier du premier semestre, Nexity s'attend à une « nette amélioration » de ses résultats au second semestre, mais prévient qu'ils ne retrouveront pas le niveau d'un an plus tôt.

Surtout, contrairement à ses grands concurrents, le groupe s'abstient de donner de nouvelles prévisions annuelles, « compte tenu des incertitudes persistantes en matière sanitaire, économique et sociale ».

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse.

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox
Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !