Votre avis sur Technip Energies NL0014559478

Harbee

Membre
Bonjour,
Dans mes recherches de valeurs pour diversifier mon portefeuille, je suis tombé sur Technip Energies (que je ne connaissais que vaguement de nom) et me pose quelques questions à son sujet.

Il s'agit d'une belle entreprise qui semble saine sur le plan financier et dans un secteur d'avenir.
La société vient de remporter un contrat majeur en Norvège pour la capture et le stockage de carbone. Elle est associée à Equinor pour de l'éolien flottant et occupe une place de leader mondial dans le GNL.

Et pourtant, sauf erreur de ma part, on entend pas souvent parler de Technip Energies...

Quelle est votre opinion sur ce titre ? L'avez vous en portefeuille ?
Son exposition à la Russie est elle rédhibitoire ?

Merci à tous ceux qui pourront m'éclairer à son sujet.
 

Jeune_padawan

Contributeur régulier
Bonjour,
Il s'agit d'une belle entreprise qui semble saine sur le plan financier et dans un secteur d'avenir.
C'est une parapétrolière avant tout qui se diversifie lentement. Issu de la scission de TechnipFMC réalisé en 2021, de mémoire (c'est à confirmer) Technip Energies a été cotée sans dettes.

Pour le secteur d'avenir on ne peut pas vraiment dire que l'avenir du pétrole soit excellent à moyen/long terme. Les majors pétrolières ont massivement réduit leurs investissements dans le pétrole et pour le gaz certains contrats se trouvaient en Russie.

Technip Energie est reconnu dans la conception d'usine de LNG (gaz naturel liquéfié) à terre ou flottante. Pour le gaz naturel, les européens voulant s’affranchir du gaz russe, il faudra pour continuer à alimenter les industries, foyers et centrales au gaz à importer ce gaz des Émirats Arabes Unis ou des États-Unis ce qui implique la construction de terminal de LNG.

Mais en même temps les européens désirent ne plus consommer de gaz à moyen terme et passer en 100% renouvelables voir avec un peu de nucléaire. Donc quel avenir pour le gaz naturel ? Il reste le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Asie bien que l'Asie développe massivement les énergies renouvelables.

Bref c'est un secteur en plein bouleversement.

Le chiffre d'affaires est stable en 2020, 2021 et les estimations pour 2023 et 2024 sont toutes aussi stables. De même pour les bénéfices et le BNA. Elle ressemble un peu à GTT bien que le cours de bourse soit différent ces derniers mois.

Graphiquement le titre est neutre :
1657355199573.png
@poam5356 : Peux tu, s'il te plait, déplacer ce message dans le sous-forum "Titres" en ajout l'ISIN (NL0014559478) dans le titre pour faciliter les futurs recherches. Merci :)

Ce message n'est pas un conseil d'investissement sur la société.
 
Dernière modification:

Harbee

Membre
Un grand merci @Jeune_padawan pour cette réponse rapide et étayée !

C'est une parapétrolière avant tout qui se diversifie lentement.
Effectivement, c'est cette diversification qui me semble intéressante puisque l'avenir du pétrole est plutôt bouché.
Je comprends d'après vos dires que le GNL n'est pas un secteur d'avenir mais plutôt une transition entre le pétrole et les énergies renouvelables.

Étant présent dans les éoliennes offshore, le côté renouvelable est également couvert par l'entreprise.

Graphiquement le titre est neutre :
C'est peut être pour cela qu'on entend pas beaucoup parler de Technip Energies...

Encore merci pour votre retour
 

Jeune_padawan

Contributeur régulier
Je comprends d'après vos dires que le GNL n'est pas un secteur d'avenir mais plutôt une transition entre le pétrole et les énergies renouvelables.
En théorie, tel que présenté par les dirigeants des États membres de l'UE, oui.

Après la transition peut être plus ou moins longue selon la volonté des dirigeants et des citoyens.
Les énergies renouvelables sont pour l'instant très inflationniste (le temps de bien industrialiser et de produire en masse, que les infrastructures suivent, ...) et ne remplacent pas complétement le pétrole et le gaz.

De nouvelles technologies (batterie, hydrogène, agrocarburant à base d'algues, ...) arrivent mais demandent du temps et des capitaux pour se développer.

Le tout est une question de volonté et de moyens : le citoyen lambda ne voudra payer plus cher son énergie car elle est renouvelables (sauf évidemment les citoyens avec une conviction écologique). Par contre si son litre de gazole atteint les 2€ alors là bizarrement le renouvelable devient attractif. Je suis dur dans mes propos mais on n'est pas loin de la réalité.

La transition via le gaz naturel permettrait toujours en théorie de limiter la facture tout en prenant un tournant vers le respect de l'environnement car le gaz naturel est considéré comme moins polluant.
Évidement cette transition peut durer 15-20 ans comme elle peut durer 30-35 ans. Et je ne parle même pas des tensions géopolitiques.

@Buffeto : Merci :)
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Effectivement, c'est cette diversification qui me semble intéressante puisque l'avenir du pétrole est plutôt bouché.
Je comprends d'après vos dires que le GNL n'est pas un secteur d'avenir mais plutôt une transition entre le pétrole et les énergies renouvelables.
Étant présent dans les éoliennes offshore, le côté renouvelable est également couvert par l'entreprise.
Bonjour,

L'avenir devrait (on parlera au conditionnel) être favorable à un titre comme Technip Energies par son positionnement sur divers thèmes de la transition énergétique comme les biocarburants, les technologies de capture et stockage du carbone (CCS), ou la piste hydrogène.
Le problème que je vois se présenter à Technip Energies est que ce sont des domaines sur lesquels il y a quantité d'entreprises déjà positionnées.
Ils ne viennent donc pas disrupter un domaine, pas plus qu'ils pourront afficher une avance technologique qui leur confèrerait une position dominante sur un domaine précis.
Autrement dit, ils vont galérer pour se faire une place au soleil.
Ceci dit, Technip Energies est une société d'Ingénierie et de technologies spécialisée notamment dans les infrastructures énergétiques. Peut-être développeront-ils des techniques qui leur donneront cet avantage concurrentiel. L'avenir le dira.
Ces nouvelles activités ne représentent pour l’instant qu’une faible part du carnet de commandes (<5%).

Dans l'immédiat, leur principal atout est certainement leur positionnement dans le GNL qui leur offre une excellente visibilité avec un carnet de commandes qui s'élevait fin 2021 à près de 17Mds€, dont 60% est représenté par le GNL.
GNL qui devrait monopoliser l'actualité énergétique pour longtemps en Europe.
Malheureusement, si le GNL est le point fort de Technip Energies... Il se pourrait bien qu'il soit aussi son point faible.
Technip Energies est très exposé à la Russie (27% du carnet de commandes). Un projet qui a été très relutif pour Technip Energies se termine : le projet Yamal (quelque-part en Sibérie, si je ne me trompe pas) se termine. Un autre projet, Artic 2, est en cours. Le projet qui coutait à Technip depuis son lancement en 2019 va devenir rémunérateur pour la boite dès 2023.... Mais tout pourrait tomber à l'eau selon l'évolution des sanctions prises envers la Russie... Ou si la Russie décide de siffler la fin de la partie avec les Occidentaux.
Il y a donc clairement un risque non négligeable pour Technip à CT/MT alors que ses nouveaux positionnements ne s'imaginent qu'à LT.
 

Harbee

Membre
Bonjour @poam5356 et merci pour cette réponse claire comme vous savez le faire.

J'allais justement demander si leur position dans le GNL pourrait créer une opportunité d'investissement sur du court ou moyen terme mais leur exposition en Russie vient créer un gros doute.

Pas sûr donc que je me lance sur ce titre et tant qu'à aller sur un pétrolier (ici parapétrolier) qui se diversifie autant le faire sur Total Énergies qui par sa taille saura (peut-être) faire mieux.

Encore merci pour cet éclairage
 

Theblueline

Contributeur régulier
Pour rebondir sur le sujet du gaz...

« Je pense que la rupture totale de l’approvisionnement de gaz venu de Russie est une vraie possibilité (…) et nous devons nous préparer à cette option », a estimé, dimanche, le ministre des finances en marge des rencontres économiques d’Aix-en-Provence.

Si c'est le cas, l'industrie va prendre encore plus cher que ce qu'elle ne vient de prendre depuis janvier !
 

Jeune_padawan

Contributeur régulier
Si c'est le cas, l'industrie va prendre encore plus cher que ce qu'elle ne vient de prendre depuis janvier !
Sur un rapport de 2021 du ministère de la transition écologique, l'industrie française consomme 132 TWh PCS (une des nombreuses unités de mesure énergétiques) de gaz naturel. Toujours selon cette même source, la consommation totale de la France à la même période est de 494 TWh PCS. Les pertes sont exclus dans les 2 cas.

Au niveau importation, la Russie représente 17% selon le rapport sur les 534 TWh PCS importés soit 91 TWh PCS.

La différence entre importation et consommation peut venir de la réexportation d'une partie du gaz et des pertes des réseaux.

Si la Russie ferme les robinets et en supposant que le manque de gaz soit réparti équitablement entre toutes les branches, l'industrie devraient trouver 24,41 TWh PCS de gaz en remplacement.
En stoppant les réexpéditions et en limitant la consommation via une plus grande efficacité énergétique ça devrait passer.

Pour le prix, c'est du coté de la distribution que ça peux aussi coincer. Certains contrats de fournitures sont à prix indexés tandis que d'autres sont à prix fixes (vérifié sur le site d'EDF entreprise).

De plus, les industriels peuvent répercuter les hausses de prix de l'énergie automatiquement car les contrats moyen/long terme permettent de transférer automatiquement ces variations aux clients.
Ce qui est le cas d'Air Liquide (https://www.airliquide.com/fr/group...nee-laune-de-tous-les-criteres-de-performance)

Finalement ce sont les clients finaux qui payent la facture et donc le consommateur.

D'ailleurs le prix du gaz naturel a fortement augmenté ces dernières semaines en Europe :
ngeu com.png
Source : https://tradingeconomics.com/commodity/eu-natural-gas et https://www.theice.com/products/27996665/Dutch-TTF-Gas-Futures/data?marketId=5408202&span=2

Rapport de 2021 : https://www.statistiques.developpem...que/chiffres-cles-energie-2021/14-gaz-naturel

Conversion d'unité : https://bilans-ges.ademe.fr/documentation/UPLOAD_DOC_FR/index.htm?conversion.htm
 
Dernière modification:

Jeune_padawan

Contributeur régulier
Les réponses des industriels à la menace de pénurie commencent à affluer. Certains convertissent leurs chaudières du gaz vers le fioul (pétrole) comme Michelin. D'autres réfléchissent à produire leur propre énergie sur site ou investir directement dans des infrastructures de production énergétique comme Stellantis.

https://fr.investing.com/news/stock...ndustrie-francaise-revient-au-petrole-2102539
Y'a pas à dire en France on a pas de pétrole et de gaz mais qu'est ce qu'on a des idées :biggrin:.

Manquerait plus que les médias généralistes déclenchent une petite panique des particuliers. Ça serait le pompon !:ROFLMAO:
 
Haut