Fortuneo

Vos avis et expériences quant aux droit bancaire européen et débits automatiques...

vivien

Contributeur régulier

Très bien l'article que vous communiquez.

Un des liens donnés dans celui-ci est instructif sur le comportement des "anciens collègues et amis".

Il me semble que le sujet abordé dans votre présent message aurait mérité, que vous ouvriez une nouvelle discussion avec, éventuellement des renvois sur des discussions en cours.

Compte tenu de la durée du procès peut être que le sujet pourrait être classé en "important" pour rester dans la liste des messages continuellement visibles ?
 

Elaphus

Contributeur régulier
Mais qu'est-ce donc que la "banklang" ? Serait-ce une nouvelle pratique sexuelle en vigueur dans les milieux financiers ?

C'est une analogie avec la novlang, inventée par Orwell dans 1984, avec un soupçon d’allusion à bankster en plus.


Ai-je défendu les banques dans mes réponses ? Il ne me semble pas.

Non, mais en rabaissant les idiots de cons-sommateurs, vous les avez placés, nos banquiers, plus haut qu'ils ne le méritent (mais pas si haut qu'ils nous coûtent, il est vrai).

Maintenant, on peut faire diversion avec ce nouveau sujet. Et à ce propos, je suis tout à fait d'accord avec vous.

Diversion? Alors vous n'avez rien compris!
Je vous montre qu'un assez haut bankster ne lit pas un contrat, alors que lui sait lire. Mais peut-être lui a -t-on dit "signez, pas la peine de lire, la déontologie, toussa, ça ne sert à rien"?

Enfin, est-ce que l'irresponsabilité des uns peut être une excuse pour s'affranchir de ses propres responsabilités ?

Ce que je vous reproche est là:

- on peut parler de l'irresponsabilité de Kerviel, de tous ces dirigeants bancaires qui nous ont mené dans l'abîme,

- en revanche pour bien des consommateurs de base, ça les dépasse plus qu'autre chose, tous les petits caractères (pas plus gros par souci de les responsabiliser, sans doute?).
 

lopali

Modérat'or
Staff MoneyVox
Non, mais en rabaissant les idiots de cons-sommateurs, vous les avez placés, nos banquiers, plus haut qu'ils ne le méritent (mais pas si haut qu'ils nous coûtent, il est vrai).

En aucun cas je n'ai rabaissé ni traité d'idiot qui que ce soit.
En aucun cas, je n'ai placé les banquiers plus haut que qui que ce soit.
C'est votre propre interprétation de mes propos.

J'ai dit qu'il "faudrait responsabiliser les consommateurs avant de penser à les défendre". Je voulais dire qu'il faudrait faire un travail en amont avant de penser à soigner les plaies quand il est trop tard.
Une association de défense des consommateurs de plus, c'est bien. Mais cela ne règle pas le problème à la base il me semble ?
Ce sont des associations pour former les consommateurs qu'il faudrait, pour les responsabiliser pédagogiquement.
Il faudrait plus d'écoles et moins d'hopitaux (c'est une image, ne me faites pas dire que je n'ai pas voulu dire...).


Diversion? Alors vous n'avez rien compris!
Je vous montre qu'un assez haut bankster ne lit pas un contrat, alors que lui sait lire. Mais peut-être lui a -t-on dit "signez, pas la peine de lire, la déontologie, toussa, ça ne sert à rien"?

Lui aussi se dit ne pas être responsable de ses actes. A partir de quand l'est-on ? Il y a une limite ? Peut-on l'excuser lui aussi ?

"Je considère que je ne suis pas responsable de cette perte et des faits qui me sont reprochés, j'ai toujours agi en connaissance de cause de ma hiérarchie", a répondu le jeune homme à la présidente de la cour, Mireille Filippini, qui lui demandait pourquoi il avait fait appel du premier jugement.


Ce que je vous reproche est là:
- on peut parler de l'irresponsabilité de Kerviel, de tous ces dirigeants bancaires qui nous ont mené dans l'abîme,
- en revanche pour bien des consommateurs de base, ça les dépasse plus qu'autre chose, tous les petits caractères...

Pour bien des consommateurs, c'est plus facile de ne pas se poser de question avant d'agir et de ne pas réfléchir à la conséquence de ses actes que le contraire.

Les "Je savais pas", "J'avais pas vu", J'l'ai pas fait exprès", c'est un peu trop facile à mon goût.

Et ne me dite que les plaquettes de frais bancaires sont difficiles à comprendre. Et quand bien même, comme je l'ai déjà dit, dans le doute ou dans une situation difficile (je ne nie pas que cela puisse arriver sans l’avoir voulu), on peut aussi user d’un peu de communication avec son banquier (cela ne coûte rien).

Enfin, j'admets, que comme dans toutes corporations, il peut y avoir des abus.
 

Elaphus

Contributeur régulier
On ne va pas emm... tout le monde avec de l'explication de texte:

J'ai dit qu'il "faudrait responsabiliser les consommateurs avant de penser à les défendre".

C'est donc que c'est d'abord leur faute?

Il faudrait plus d'écoles et moins d'hopitaux (c'est une image, ne me faites pas dire que je n'ai pas voulu dire...).
Moins d’hôpitaux...psychiatriques?

Peut-on l'excuser lui aussi ?

Certainement pas.Cf. bankster.

Les "Je savais pas", "J'avais pas vu", J'l'ai pas fait exprès", c'est un peu trop facile à mon goût.

J'ai bien perçu ça, en effet. Ah si les pauvres d'esprit pouvaient rester à leur place, Mâââme Michu.

Et ne me dite que les plaquettes de frais bancaires sont difficiles à comprendre.

Certes, mais il est tant de tentations pour échapper à un quotidien misérable...et tant de vendeurs de crédit pour tenter encore plus!
Même gaga, une vieille milliardaire n'aura pas ce souci.
 

Turbo-057

Contributeur régulier
Bonjour à toutes et à tous,

Afin de créer une association de défense des consommateurs relative au droit bancaire européen et plus particulièrement aux débits automatiques prélevés sur les comptes au bénéfice des établissements financiers , nous souhaitons recueillir vos expériences, analyses et réactions sur ce sujet par le biais de quelques interrogations :

1. Lors de la signature de votre contrat (ex : ouverture d’un compte) l’avez vous lu en détails et entièrement ou avez-vous fait confiance à votre banquier ? OUI / NON, précisez

2. Connaissez vous une banque française qui demande l’accord de son client avant de débiter son compte et à chaque opération de type frais, commission, agio, intérêts..? OUI, laquelle ? / NON, précisez

3. En connaissez-vous en Europe ou ailleurs dans le monde ?

Merci par avance pour votre participation
En espérant vous compter parmi nos futurs membres
Bien cordialement

Clients Unis des Banques en Europe (CUBE)

Regarde un peu les futures normes prévues via Sepa notamment SDD Sepa Direct Debit ...
Les banques et les entreprises vont progressivement migré vers ce système favorisant grandement les consommateurs et transferant d'ailleurs de ce fait le risque sur la banque ...
 

lopali

Modérat'or
Staff MoneyVox
Saison 1, Episode 5 :


J'ai dit qu'il "faudrait responsabiliser les consommateurs avant de penser à les défendre".
C'est donc que c'est d'abord leur faute?

Pourquoi interprétez toujours de façon péjorative le mot « responsabiliser » ?

Responsabiliser, c’est rendre responsable. J’essaye de faire de mes enfants des citoyens responsables, je les responsabilise. Sont-ils pour cela fautifs de quoi que ce soit ?


J'ai bien perçu ça, en effet. Ah si les pauvres d'esprit pouvaient rester à leur place, Mâââme Michu.

Certes, mais il est tant de tentations pour échapper à un quotidien misérable...et tant de vendeurs de crédit pour tenter encore plus!

Et pourquoi vouloir absolument associer les frais bancaires ou l’irresponsabilité à un milieu social défavorisé ou à un manque de connaissance ou de savoir ? Les uns ne vont pas sans les autres pour vous ?


Même gaga, une vieille milliardaire n'aura pas ce souci.

A l'occasion, reparlez-en à Madoff ou à sa clientèle...
 

Elaphus

Contributeur régulier
La discussion devient sans intérêt:

- niez-vous que les banques poussent au crédit à la consommation au-delà du raisonnable? Il a d'ailleurs fallu légiférer à ce sujet.

-avez-vous compris le mécanisme des subprimes aux E-U, et comment des requins ont vendu des crédits à des gens dont ils savaient qu'ils ne pourraient les rembourser, mais ils s’en moquaient: titrisation?
 

Elaphus

Contributeur régulier
Ce matin, invitée de France Culture: Jeanne Lazarus, sociologue, chargée de recherche au CNRS (travaux sont consacrés à la sociologie de l’argent et de la banque).
Elle a publié L’épreuve de l’argent (Calmann-Lévy, 2012) et Sociologie de l’argent (avec Damien de Blic, La Découverte).

Sa phrase sur le sujet, de mémoire: "les banques ne tiennent pas à ce que les clients comprennent ce qu'elles leur font signer".
 
Haut