Vos avis et expériences quant aux droit bancaire européen et débits automatiques...

cube2012

Nouveau membre
Bonjour à toutes et à tous,

Afin de créer une association de défense des consommateurs relative au droit bancaire européen et plus particulièrement aux débits automatiques prélevés sur les comptes au bénéfice des établissements financiers , nous souhaitons recueillir vos expériences, analyses et réactions sur ce sujet par le biais de quelques interrogations :

1. Lors de la signature de votre contrat (ex : ouverture d’un compte) l’avez vous lu en détails et entièrement ou avez-vous fait confiance à votre banquier ? OUI / NON, précisez

2. Connaissez vous une banque française qui demande l’accord de son client avant de débiter son compte et à chaque opération de type frais, commission, agio, intérêts..? OUI, laquelle ? / NON, précisez

3. En connaissez-vous en Europe ou ailleurs dans le monde ?

Merci par avance pour votre participation
En espérant vous compter parmi nos futurs membres
Bien cordialement

Clients Unis des Banques en Europe (CUBE)
 
Dernière modification:

lopali

Modérat'or
Staff MoneyVox
Bonjour Cube2012,

A mon avis, il faudrait tout d’abord commencer par responsabiliser les consommateurs, avant de penser à les défendre.

Un service, une prestation ou un acte a souvent un coût lorsque l’on fait appel à une entreprise privée, et ce dans tous les domaines. Pourquoi cela serait-il différent avec les banques ?

Les frais bancaires ne sont pas du fait des établissements financiers mais engendrés par les demandes ou le comportement de leurs clients.

Quand je me fais verbaliser pour non respect du code de la route en toute connaissance de cause, je n’essaye pas de chercher des responsables ou de me trouver des excuses. Le fautif c’est moi.
Quand j'utilise un véhicule, je sais que je vais avoir des frais d'entretien, d'assurance... Je ne vais pas faire porter la faute sur mon garagiste ou mon assureur.
C’est la même chose pour les frais bancaires.

Après, je ne dis pas que certains soient prohibitifs. Mais on les connaît à l’avance car ils sont clairement énoncés dans des petites plaquettes très lisibles que l’on trouve à disposition à l’entrée de toutes les banques. Il n’est pas utile pour les connaître de lire des pages et des pages de contrats en petits caractères, ni d’avoir fait Saint-Cyr pour les comprendre.

Et quand bien même dans le doute ou dans une situation difficile (je ne nie pas que cela puisse arriver sans l’avoir voulu), on peut aussi user d’un peu de communication avec son banquier (cela ne coûte rien), mais bien entendu avant qu’il ne soit trop tard et que le mal ne soit déjà fait.

Cordialement.
 

lopali

Modérat'or
Staff MoneyVox
Quand on comprend tout, c’est facile d’être responsable

Non, ce n’est pas le sujet de philosophie du baccalauréat de 2012.

C’est un jugement négatif que j’ai reçu d’un inconnu par un chemin parallèle non public propre au site, à propos de ma première réponse dans cette file de discussion.

Si vous le permettez donc, je vais m’octroyer un droit de réponse sans me cacher derrière l’anonymat d’un moyen parallèle "d’expression" pas très franc du collier.

Alors d’après vous, très cher inconnu, ne rien comprendre peut justifier le fait de ne pas être responsable ?

Chez moi, quand on ne comprend rien, on essaye en se faisant aider ou en apprenant pour combler ses lacunes. En aucun cas ce sera une excuse pour s’affranchir de sa conduite.

Mais surtout on n’encourage pas les gens qui ne comprennent rien à rester dans leur ignorance et à ne pas être responsables de leurs actes.

J’ai hâte de vous lire et de débattre avec vous, si tant est que vous ayez le courage de sortir de votre anonymat et d’assumer vos propos.

Cordialement.
 

ZRR_pigeon

Top contributeur
je suis content (enfin, façon de parler) de voir que je ne suis pas le seul a me faire incendier par "canaux paralelles propre au site" par des laches....
 

Elaphus

Contributeur régulier
Ne m'exprimant qu'en public, j'en suis d'autant plus à l'aise pour dire à lopali, virtuose de la banklang, qu'il ne faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages:

1) Voyez ici un exemple de pratiques sympathiques (dans un sujet dont un modo pourrait corriger le titre, ça me pique les yeux):
https://www.moneyvox.fr/forums/fil/...-commissions-dans-le-teg-dun-decouvert.18446/

Commissions et frais liés aux incidents de fonctionnement et à la situation irrégulière débitrice : 1 749.20 € pour un montant n'ayant donné lieu qu'à 64€ d'intérêts...

2)
A mon avis, il faudrait tout d’abord commencer par responsabiliser les consommateurs, avant de penser à les défendre.

Ce à quoi je réponds: avant de penser à sauver les banques à coups de milliards des 2 côtés de l’Atlantique, il faudrait tout d’abord commencer par responsabiliser leurs dirigeants, qui n'ont eux l'excuse, à la différence de tant de consommateurs, de la misère et d'absence de connaissances des pratiques bancaires.

Je m’arrête là, je pourrais devenir longuet.

quelle est la difference avec l'AFUB ?

Le dirigeant n'aura pas la même tête?
 

Elaphus

Contributeur régulier
A mon avis, il faudrait tout d’abord commencer par responsabiliser les consommateurs, avant de penser à les défendre.

C'est si beau que je ne m'en lasse pas.

Prenons le cas d'employés de banques de haut niveau, très bien payés:


http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2012/06/04/proces-kerviel-loffensive-eclair-de-la-presidente/
Pascale Robert-Diard, chroniqueuse judiciaire au Monde.
04 juin 2012 Procès Kerviel, l’offensive éclair de la présidente

Mireille Filippini, qui préside la cour d'appel de Paris devant laquelle comparaît Jérôme Kerviel, n'a pas l'intention de se laisser envelopper dans le brouillard des salles de marché. Elle leur préfère les mots simples et compréhensibles de la charte de déontologie du trading, que le jeune trader de la Société générale avait signée.

- Pour être franc, à l'époque, je ne l'avais pas lue, a indiqué Jérôme Kerviel.

La présidente, d'une voix sèche.

- C'est pourtant utile de la lire.

Elle lit. Au trader, il est demandé d'être "loyal", de "ne pas faire bouger significativement le marché", de "faire attention aux risques", de "couvrir ses positions". "Chacun doit avoir conscience des limites de risque qui lui sont octroyées", lit-elle encore.

- Mais bon, entre le cahier de procédures et la réalité de la salle des marchés, il y a un gap énorme! s'agace Jérôme Kerviel.

- Je répète que vous l'avez signée, dit la présidente.
- Et que je ne l'ai pas lue, réplique le prévenu.

Dès ces premières heures, l'ancien trader est apparu pris de court par l'autorité sans partage et le rythme très offensif avec lesquels la présidente de la cour d'appel entend mener ces débats.

Je comprends l'agacement de celui dont le nom est devenu une unité de mesure de cata bancaire.
A respecter cette charte, apparemment destiné uniquement à couvrir la banque, aurait-il pu faire son métier, quand il gagnait? ;)

A lire impérativement aussi, de 2010:

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2010/06/11/la-position-inconfortable-du-trader-suite/

Me Olivier Metzner a en effet versé au dossier un document qui provient d'une autre affaire, celle du Sentier 2, dans laquelle Daniel Bouton, l'ancien PDG de la banque, a été poursuivi et relaxé. Ce document, saisi en perquisition en 2001 était une sorte de directive à l'usage des employés de la SOC-GEN appelés à témoigner dans cette affaire.

Me Metzner lit avec jubilation les "éléments de langage" recommandés par la banque

Je vous les laisse découvrir.
 

lopali

Modérat'or
Staff MoneyVox
Bonjour Elaphus,

Ne m'exprimant qu'en public, j'en suis d'autant plus à l'aise pour dire à lopali, virtuose de la banklang, qu'il ne faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages...

Vous exprimer en public est tout à votre honneur, contrairement à d'autres...

Mais qu'est-ce donc que la "banklang" ? Serait-ce une nouvelle pratique sexuelle en vigueur dans les milieux financiers ?


Ce à quoi je réponds: avant de penser à sauver les banques à coups de milliards des 2 côtés de l’Atlantique, il faudrait tout d’abord commencer par responsabiliser leurs dirigeants, qui n'ont eux l'excuse, à la différence de tant de consommateurs, de la misère et d'absence de connaissances des pratiques bancaires.

Ai-je défendu les banques dans mes réponses ? Il ne me semble pas.

Après, je pensais en répondant à la discussion que le sujet central était plus le consommateur et les frais de banque.

Maintenant, on peut faire diversion avec ce nouveau sujet. Et à ce propos, je suis tout à fait d'accord avec vous.

Enfin, est-ce que l'irresponsabilité des uns peut être une excuse pour s'affranchir de ses propres responsabilités ? Cela peut être un moyen de défense pour certains, ce n'est pas le mien. Est-ce le vôtre Elaphus ?

Cordialement.
 
Dernière modification:
Haut