Vente logement et remboursement crédit

zeldus

Membre
Bonjour,

Je souhaite revendre un bien immobilier acquis en 2010 dont il reste 60 000 euros à rembourser pour une valeur de 410 000 euros. (Valeur totale du crédit souscrit: 160 000 euros) Le but de l'opération étant de racheter un autre bien du même prix.

Je souhaiterais conserver le crédit existant afin de continuer à rembourser le crédit et racheter un nouveau bien "cash" avec la vente de la maison. On me dit que le notaire va avertir la banque de la vente et que les 60 000 euros restants seront reversés à la banque. Il n'y a pas d'hypothèque sur la maison, seulement une caution crédit logement souscrite auprès de la banque.

Evidemment, je pourrais souscrire un nouveau prêt immo pour le nouvel achat.

Problème:
- Je vais devoir payer d'importants frais de remboursements anticipés
- Plus grave, je ne peux pas souscrire de nouveaux crédits immobiliers car je suis désormais créateur d'entreprise (entreprise de type SAS crée il y a un an) et les banques refusent tout prêt à mon type de profil.

Je ne comprends pas que les banques soient frileuses d'octroyer un prêt de 60 000 euros pour un bien d'une valeur de 400 000 euros si on n'est pas en CDI mais c'est une autre histoire.

L'idée est donc de procéder à la vente du bien chez le notaire et de racheter le nouveau bien avec l'argent de la vente, si le notaire l'autorise bien sûr et de continuer à rembourser les anciennes mensualités.

Cela est-il possible ?

Merci,

Pierre
 

Doolittle

Contributeur régulier
je ne peux pas souscrire de nouveaux crédits immobiliers car je suis désormais créateur d'entreprise (entreprise de type SAS crée il y a un an) et les banques refusent tout prêt à mon type de profil.
Si vous avez un premier bilan et de la visibilité sur les exercices suivants (carnet de commandes, etc.) il y a moyen d'obtenir un prêt auprès de certaines banques "entrepreneur-friendly", si si ça existe ! Après, les conditions ne seront peut être pas aussi avantageuses que pour un salarié.


Je ne comprends pas que les banques soient frileuses d'octroyer un prêt de 60 000 euros pour un bien d'une valeur de 400 000 euros si on n'est pas en CDI mais c'est une autre histoire.
Pour info, lors d'une demande de prêt les banques évaluent 2 choses : 1/ votre capacité à rembourser (revenus réguliers et suffisants) et 2/ la garantie que vous proposez en cas de problème (licenciement, faillite, etc.)

Dans votre cas vous avez une excellente garantie mais votre capacité à rembourser est incertaine, en tout cas selon la banque (la plupart font - à tort ou à raison - davantage confiance à un salarié qui peut démissionner ou se faire licencier à tout moment, qu'à un entrepreneur)
 

Aristide

Top contributeur
Bonjour,

Je souhaiterais conserver le crédit existant afin de continuer à rembourser le crédit et racheter un nouveau bien "cash" avec la vente de la maison. On me dit que le notaire va avertir la banque de la vente et que les 60 000 euros restants seront reversés à la banque. Il n'y a pas d'hypothèque sur la maison, seulement une caution crédit logement souscrite auprès de la banque.

L'idée est donc de procéder à la vente du bien chez le notaire et de racheter le nouveau bien avec l'argent de la vente, si le notaire l'autorise bien sûr et de continuer à rembourser les anciennes mensualités.
Deux choses à préciser.

1) - Généralement l'offre/contrat de prêt prévoit que le crédit devient exigible en cas de disparition (sens large) du bien financé et ce quelle que soit la garantie.

2) - Fonction des banques et des clauses de l'offre contrat il est possible que deux options y soient prévues :
+ Transfert du crédit à un éventuel acquéreur (= même bien mais changement de débiteur)
+ Maintien du crédit en cas de vente et de nouvelle acquisition ( = même débiteur mais changement de bien) avec transfert de la garantie.

Dans votre cas c'est cette dernière option qui serait concernée.
Il vous faut donc vérifier dans votre offre/contrat si elle est prévue; dans l'affirmative il conviendrait alors de solliciter l'accord de votre banque car il s'agit toujours d'une possibilité qu'elle peut accepter ou refuser.

A noter que, même si cette option n'est pas prévue, une banque a toujours la possibilité d'accepter le maintien/transfert d'un crédit.

Cdt
 

zeldus

Membre
Bonjour,



Deux choses à préciser.

1) - Généralement l'offre/contrat de prêt prévoit que le crédit devient exigible en cas de disparition (sens large) du bien financé et ce quelle que soit la garantie.

2) - Fonction des banques et des clauses de l'offre contrat il est possible que deux options y soient prévues :
+ Transfert du crédit à un éventuel acquéreur (= même bien mais changement de débiteur)
+ Maintien du crédit en cas de vente et de nouvelle acquisition ( = même débiteur mais changement de bien) avec transfert de la garantie.

Dans votre cas c'est cette dernière option qui serait concernée.
Il vous faut donc vérifier dans votre offre/contrat si elle est prévue; dans l'affirmative il conviendrait alors de solliciter l'accord de votre banque car il s'agit toujours d'une possibilité qu'elle peut accepter ou refuser.

A noter que, même si cette option n'est pas prévue, une banque a toujours la possibilité d'accepter le maintien/transfert d'un crédit.

Cdt
Bonjour et merci pour vos réponses. Je vais regarder mon offre de prêt.

Ce que je ne voudrais pas, c'est que la banque me dise oui oralement (je suis à la BNP et mon conseiller a tendance à me dire que tout est possible mais que ce n'est pas lui qui décide), que je vende ma maison et que je me retrouve à ne pas pouvoir racheter un nouveau bien car refus de transférer le crédit pour la nouvelle maison. Je me retrouverais avec 340 000 euros en cash et ne pourrait pas racheter un bien à 400 000 euros.

Ma société ayant tout juste une année d'existence, je préfère être prudent. C'est une configuration que les banques n'aiment pas trop pour les prêts immobilier.

La première option dont vous parlez me semble compliquée car mon futur acquéreur n'aura pas forcément besoin d'emprunter cette somme (60 000 euros) a un taux peu intéressant (3,10%) actuellement sur 9 ans.

Bonne soirée,

Pierre
 

Aristide

Top contributeur
La première option dont vous parlez me semble compliquée car mon futur acquéreur n'aura pas forcément besoin d'emprunter cette somme (60 000 euros) a un taux peu intéressant (3,10%) actuellement sur 9 ans.
Bien évidemment; je ne l'ai citée que pour que - si elle est prévue - vous la distinguiez bien de la seconde

Et d'autre part j'ai bien précisé :

Dans votre cas c'est cette dernière option qui serait concernée.
Il vous faut donc vérifier dans votre offre/contrat si elle est prévue; dans l'affirmative il conviendrait alors de solliciter l'accord de votre banque car il s'agit toujours d'une possibilité qu'elle peut accepter ou refuser.

A noter que, même si cette option n'est pas prévue, une banque a toujours la possibilité d'accepter le maintien/transfert d'un crédit.
Cdt
 
Haut