Total - FR0000120271 FP

Sm1le22

Contributeur régulier
Bonjour,

De très bons résultats pour total :
https://totalenergies.com /fr/actionnaires/resultats-et-present ations-investisseurs/resultats

Ils annoncent la mise en place de rachat d'actions. Voyons voir comment les foies réagissent !


Les résultats sont meilleurs qu'au T2 2019 a titre comparatif (Total était a 50€ vs 35€ actuellement)
 

Jeune_padawan

Contributeur régulier
Voyons voir comment les foies réagissent !
Bonjour,

Pour l'instant, elle est attendue en hausse à l'ouverture. A voir si cela tient dans la journée.

Le point mort cash (organique) est toujours inférieur à 25$/baril sur T2 2021. Avec un baril autour des 69$ en moyenne sur le T2 (d'après Total), le taux d'endettement (dette nette/capitaux propres) diminue et passe à 18,5%.

Le conseil d'administration décide d'allouer jusqu'à 40% du Cash-flow supplémentaire généré au-dessus de 60$/baril à des rachats d'actions.

Ce message n'est pas un conseil d'investissement.
 

ludiloc

Membre

Irak: un contrat à 27 milliards de dollars avec TotalEnergies​


05/09/2021 | 18:03

Le gouvernement irakien et le français TotalEnergies ont signé dimanche à Bagdad un méga-contrat destiné à générer 27 milliards de dollars d'investissement dans la production pétrolière, gazière et solaire du pays, confronté à une crise énergétique aigüe.

Cet accord a une valeur totale de "27 milliards de dollars" (près de 23 milliards d'euros), a indiqué le ministre irakien du Pétrole Ihssan Ismaïl, après avoir paraphé l'accord avec le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné.

La major française prévoit d'investir initialement 10 milliards de dollars dans les infrastructures, dont le produit permettra ensuite une seconde salve d'investissements de 17 milliards, ont expliqué les deux responsables.

Sollicité par l'AFP, le groupe n'a livré ni le détail ni la durée de cette entente, intervenue au terme de plusieurs mois de négociation qui ont vu M. Pouyanné se déplacer à plusieurs reprises en Irak.

"Il s'agit du plus gros investissement d'une entreprise occidentale en Irak", s'est félicité M. Ismaïl.

"Heureux d'être à Bassorah où j'ai visité des champs gaziers et pétroliers", avait tweeté M. Pouyanné en janvier. "Réduire le torchage et relever la production de gaz sont une priorité pour l'Irak comme pour Total. Travaillons ensemble!"

Hydrocarbures et solaire

Le premier des quatre projets actés vise à acheminer de l'eau de mer du Golfe vers les champs pétroliers du sud. L'eau, denrée rare, est nécessaire pour extraire le pétrole enfoui dans les sous-sols. Et plus il faut extraire en profondeur, quand les hydrocarbures proches de la surface sont déjà exploités, plus il faut de l'eau -- à dessaler.

Un autre projet permettra de porter la production du champ pétrolier d'Artawi, dans le sud de l'Irak, de 85.000 barrils/jour à 210.000 b/j.

Un troisième prévoit la construction d'un complexe qui exploitera les gaz issus des gisements du secteur. Il s'agit notamment, plutôt que de "torcher" (brûler) le gaz excédentaire issus de ces champs, de le récupérer à des fins de production électrique. Cela permettra, selon les services du Premier ministre, de "réduire les importations de gaz".

Enfin, le quatrième projet installera des panneaux solaires à Artawi, près de Bassorah (sud). A terme, ce site devrait atteindre une capacité de 1.000 mégawatts, l'équivalent d'un réacteur nucléaire, selon une source au ministère du Pétrole, qui ajoute: "L'Irak ne paiera rien".

L'énergie électrique produite par le solaire a un "coût inférieur de 45% par rapport au coût des centrales électriques traditionnelles", s'est félicité le gouvernement irakien.

Le ministre du Pétrole avait expliqué en février que Total avait formé une équipe technique de haut-niveau pour installer une centrale à gaz à Artawi. "L'idée est de maximiser la production gazière", avait-il dit.

L'Irak dispose d'immenses réserves d'hydrocarbures. C'est le deuxième pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et l'or noir représente plus de 90% de ses revenus.

Mais il est confronté à une crise énergétique aiguë et connaît d'incessantes coupures d'électricité, qui alimentent le mécontentement social.

Le pays a même connu un black out de près d'une journée début juillet, tandis que les températures frôlaient les 50 degrés.

En cause: le manque d'investissements et la vétusté du réseau, que les dirigeants du pays tentent d'expliquer par la baisse des cours du baril.

L'Irak est ainsi ultra-dépendant de son voisin iranien, qui lui fournit un tiers de ses besoins en gaz et en électricité. Une dépendance coûteuse: Bagdad doit six milliards de dollars à Téhéran pour sa fourniture d'énergie.

Quant à l'ancien Total, l'une des cinq "supermajors" mondiales, il vient de se renommer TotalEnergies pour symboliser sa diversification dans les énergies plus propres. Le groupe est toujours largement concentré sur le pétrole et le gaz, tout en affichant son intention de consacrer cette année 20% de ses investissements de croissance à l'électricité et aux énergies renouvelables.

Il indique être présent en Irak depuis les années 1920, dans l'exploration-production d'hydrocarbures, avec aujourd'hui des participations minoritaires dans le champ de production pétrolière d'Halfaya (Missan, sud) et dans le bloc d'exploration de Sarsang (nord du Kurdistan irakien). Il y commercialise aussi des produits (lubrifiants) et services.
 

Theblueline

Contributeur régulier
Le premier des quatre projets actés vise à acheminer de l'eau de mer du Golfe vers les champs pétroliers du sud. L'eau, denrée rare, est nécessaire pour extraire le pétrole enfoui dans les sous-sols. Et plus il faut extraire en profondeur, quand les hydrocarbures proches de la surface sont déjà exploités, plus il faut de l'eau -- à dessaler.
HONTEUX !

L'enfumage "vert" de Total Énergie...

Quant à l'ancien Total, l'une des cinq "supermajors" mondiales, il vient de se renommer TotalEnergies pour symboliser sa diversification dans les énergies plus propres.
Ça serait pas aussi triste... ça serait risible !!

Le gouvernement irakien et le français TotalEnergies ont signé dimanche à Bagdad un méga-contrat destiné à générer 27 milliards de dollars d'investissement dans la production pétrolière, gazière et solaire du pays, confronté à une crise énergétique aigüe.

Bizarre l'AFP ne parle pas des armes françaises en direction de l'Irak ...
étonnant non ?

Bref, tout ce cinéma .. c'est juste une bonne nouvelle pour Total et ses actionnaires !
 

Jeune_padawan

Contributeur régulier
c'est juste une bonne nouvelle pour Total et ses actionnaires !
Et pour l’Irak qui va se voir construire des centrales électriques et une usine de dessalement de l'eau.

L'enfumage "vert" de Total Énergie...
Total reste une major pétrolière mais par rapport à ses consœur US elle fait des efforts ;).

J'ai compris que le message était humoristique.
 
Dernière modification:

nicogane

Contributeur régulier
HONTEUX !

L'enfumage "vert" de Total Énergie...


Ça serait pas aussi triste... ça serait risible !!



Bizarre l'AFP ne parle pas des armes françaises en direction de l'Irak ...
étonnant non ?

Bref, tout ce cinéma .. c'est juste une bonne nouvelle pour Total et ses actionnaires !
Perso j'ai 100 actions chez total.

Les div me permette de rembourser les frais d'ordre des autres lignes 😂
 

Pikaoups

Contributeur
Investir 10 milliards en Irak c'est quand même un vrai pari quand on voit comment cela vient de se passer en Afghanistan. Les risques que d'ici deux ou trois ans, le pays soit en guerre civile, en prise avec un nouveau mouvement islamiste fanatique, qu'un nouveau gouvernement révoque du jour au lendemain les précédents accords... etc, sont loin d'être minimes.
 

rémois

Contributeur régulier
c'est juste une bonne nouvelle pour Total et ses actionnaires !

Pas spécialement, amha.;)
Et si des actionnaires comptent là-dessus pour booster l'action ces prochains jours ou dans les semaines à venir...:)

D'une part, ça fait des mois que cet accord était dans les tuyaux et que les gros investisseurs et "milieux bien informés" en connaissaient déjà l'issue depuis un moment.
D'autre part et surtout, dans cette "affaire", pour l'instant et dans les années qui viennent, c'est Total qui sort et investit 27 milliards... et cela dans un pays "légèrement" instable et incertain (sans parler du voisinage très sympathique:p).
C'est surtout un investissement aléatoire, plutôt qu'une "bonne nouvelle" pour les actionnaires.
 
Haut