Teleperformance - FR0000051807 TEP

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Le document de référence 2018 définit la société ainsi :
"Créé en 1978 par Daniel Julien, Teleperformance est un leader mondial des solutions de services externalisés aux entreprises à haute valeur ajoutée."
Ainsi présentée, on pourrait se dire que c'est un peu pompeux pour décrire ce que l'on appelle couramment des centres d'appels.
Que nenni!! Derrière les plateformes d'appels se cache toute une flopée d'ingénieurs qui développent des solutions digitales intégrées qui sont proposées aux entreprises du monde entier.
Le Teleperformance Innovation Experience Center (T.I.E.C.), vient d'être inauguré à Santa Clara, au cœur de la Silicon Valley.
Un centre qui se veut l'incubateur du savoir-faire High Tech du groupe Teleperformance et une vitrine de son nouvel écosystème digital.
Le but est d'accompagner les clients du groupe, tant dans le développement rapide de leur e-business, que dans leur transformation digitale.
Une équipe de 600 ingénieurs travaille au déploiement mondial de ces solutions digitales.

Mais alors, c'est quoi Teleperformance ?
Daniel Julien, alors âgé de 25 ans en 1978, crée, avec seulement 10 lignes téléphoniques, la société de télémarketing Teleperformance dans un bureau parisien.
Teleperformance est introduit en bourse en 1986, devient le n°1 européen en 1995, et le n°1 mondial en 2007.
Le groupe emploie aujourd'hui 300 000 collaborateurs répartis dans 80 pays et dans plus de 400 sites. Ils prennent en charge des milliards de connexions chaque année dans 265 langues différentes pour le compte de leurs 850 entreprises clientes.

Teleperformance propose des services dans un grand nombre de secteurs (80% de l'activité du groupe) :
- Services de relations clients,
- De support technique,
- D’acquisition de clients,
- De conseil et d’analyse de données,
- De solutions digitales intégrées.

L’entreprise se positionne sur des activités spécialisées, à plus forte marge (17% de l'activité du groupe) :
- Services d’interprétariat en ligne,
- Gestion de demandes de visas,
- Modèles prédictifs et recouvrement de créances.

Le groupe propose également des prestations de conseil à forte valeur ajoutée (3% de l'activité du groupe).

Le CA par secteur d'activité de la clientèle se ventile entre :
- Télécoms et Internet (20%),
- Technologie-électronique grand public-médias (14%),
- Santé et assurances (13%),
- Services financiers (12%),
- Distribution et e-commerce (8%),
- Service public (7%),
- Tourisme, hôtellerie et compagnies aériennes (6%),
- Énergie (3%),
- Autres (17%).

Le groupe dispose de réseaux informatiques et de télécommunications couvrant les cinq continents et reposant sur des systèmes MPLS (MultiProtocol Label Switching) qui assurent le transport de données spécifiques utilisables pour tout type de trafic, par exemple la voix, ainsi que des liaisons Ethernet ou via des protocoles réseaux de type ATM.
Les principales caractéristiques de ce réseau incluent des systèmes de connexion sophistiqués ainsi que des systèmes de prévention et de détection d’intrusion.

La répartition géographique du CA (hors services spécialisés) est la suivante :
-> La zone anglophone et Asie-Pacifique (EWAP) : Grande Bretagne, Etats-Unis, Canada, Chine, Corée, Indonésie, Philippines, Singapour, Vietnam (42,9%),
-> La zone ibérico-LATAM : Argentine, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Salvador, Mexique, Espagne, Portugal (31,1%),
-> La zone CEMEA : Europe continentale, Moyen-Orient et Afrique (26%).

L’offre multilingue de Teleperformance couvre 140 marchés à partir de 5 hubs régionaux localisés au Portugal, aux Pays-Bas, en Grèce, en Malaisie et en Égypte.


La performance n'est pas que dans le nom de l'entreprise : Teleperformance est une extraordinaire machine de croissance.

L'action affiche une progression remarquable en 2019, et ce ne sont pas les chiffres du T3 qui vont l'arrêter : Le CA a progressé de 25,6% au T3, à 1,35 Md€.
Le groupe a relevé ses objectifs annuels pour la seconde fois cette année, et table désormais sur un CA en croissance de 10%, en données comparables.
Sur les 9 premiers mois de l'année, Teleperformance affiche une hausse de 24,5% de son CA, à 3,92 Mds€.

Le groupe l'explique par une "forte progression des activités +core services+ sur l'ensemble des zones du groupe", selon le communiqué.
Ces "Core services" représentent plus de 85% du chiffre d'affaires global, regroupent les services de relations clients, de support technique et d'acquisition clients.

"C'est le 30ème trimestre de croissance organique supérieure à 5% et surtout la plus forte croissance trimestrielle jamais enregistrée depuis 7 ans", s'est félicité Daniel Julien, PDG du groupe (et fondateur de l'entreprise comme on a pu le lire un peu plus haut), dans la lettre aux actionnaires de décembre 2019.
Le groupe vise en outre un chiffre d'affaires annuel de 7 Mds€ en 2022 (4,4Mds€ en 2018), reposant sur une croissance organique moyenne supérieure ou égale à + 7 % par an et des acquisitions ciblées dans les services à forte valeur ajoutée.
Depuis le début de l’année, le titre s’adjuge 56%. En cinq ans, sa valeur a été multipliée par plus de 4.

Les actions Teleperformance appartiennent à l'indice CAC Next 20, l'antichambre du CAC 40 qu'elles pourraient bien rejoindre à terme.
Avec une capitalisation boursière de 12,8 Mds€ au 27/12/2019, la société se classerait en 36ème position du CAC40.

Malgré une hausse de plus de 56% en 2019, les bureaux d'études sont unanimes sur le dossier.
Les analystes de Deutsche Bank viennent de démarrer le suivi du titre avec une opinion d’achat et un objectif de cours de 240€. Pour Deutsche Bank, "Teleperformance est un leader mondial sans rival sur un marché large et en croissance constante".
Ils notent que "Teleperformance dispose, dans un secteur très fragmenté, d’une part de marché de 6% sur le segment de la gestion de l’expérience client, que l’on peut estimer à 90 milliards de dollars et en croissance d’environ 5% par an." et que "la migration en cours vers le numérique est susceptible de renforcer la tendance à l’externalisation. Aujourd’hui, Teleperformance est l’acteur le plus complet, qui a crû plus rapidement que le marché et réalise des marges de premier ordre."



Graphiquement, en UT Mensuelle pour cadrer le terrain de jeu :

Teleperformance_28_12_2019.gif

Graphique d'une simplicité rare... Un canal haussier démarré en 2012 a laissé place début 2019 à un nouveau canal haussier.
Il faut dire que les résultats présentés en février 2019 pour l'année passée avaient de quoi rendre joyeux les investisseurs :
"2018 : une nouvelle année record
Croissance soutenue de l’activité et progression des marges.
Accélération de la croissance du chiffre d’affaires au 4ème trimestre"

Un 4ème trimestre 2018 qui avait vu les marchés internationaux dévisser sur crainte de récession mondiale.
Or, Teleperformance annonce une accélération de la croissance de son CA sur ce 4ème trimestre.

Une nouvelle dynamique haussière s'est alors mise en place.
Elle est matérialisée par ce nouveau canal dans lequel évoluent les cours.
A noter que depuis l'annonce de ces résultats, le groupe a, à 2 reprises, relevé ses objectifs annuels.



Graphiquement, en UT Jour :

Teleperformance_28_12_2019_D.gif

Tendance haussière affirmée.
La MM70 fait support et colle à la ligne haussière de support (trait plein épais vert).
Les indicateurs évoluent en zone neutre. Ils ne donnent aucun signal particulier.
Les résultats annuels 2019 seront publiés le 20/02/2020.
 

Tubair

Contributeur
Eh bah... comme à votre habitude, merci pour cette présentation d’entreprise.

Moi qui suis en train de sélectionner différents titres sur lesquels investir dès début 2020 et qui ai cette entreprise en vue, je me disais qu’au vu de son évolution et dans le but d’investir dans une valeur de croissance j’allais placer un ordre d’achat au marché.

Bonne ou mauvaise idée, j’en sais pas plus...
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Bonne ou mauvaise idée, j’en sais pas plus...
Bonjour,
Question que nous nous posons tous avant chaque investissement.
Sur l'entreprise elle-même, il n'y a pas de doutes à avoir.
Aussi belle soit-elle, on voit qu'au S2 2018, elle a baissé de 20%... Pour prendre ensuite plus de 50% sur 2019.
Qu'attendre des conditions de marché? On ne sait jamais à l'avance.
Croissance molle et taux bas favorisent les actions, et je mise sur la poursuite de la hausse des marchés.... Ce vendredi 27 décembre, j'ai passé 7 ordres, dont 5 qui ont été réalisés.
 
Dernière modification:

Tubair

Contributeur
Qu'attendre des conditions de marché? On ne sait jamais à l'avance.
Évidement, ça serait trop beau!

Malgré l’objectif très long terme, je me rends compte qu’il est difficile de commencer à investir sur des entreprises qui ont vu leur valeur significativement augmenter ces derniers mois arrivant à un point haut.
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Dans la hausse, il faut distinguer 2 choses :
La hausse normale d'un titre qui est le reflet de son activité et de ses performances. Exemple avec Air Liquide, ou ce titre présenté ici.
Et, d'un autre côté, la hausse due à la spéculation qui vient s'ajouter à la hausse normale du titre. Exemple avec une valeur que j'ai en portefeuille : Robertet (arrivée au capital d'un concurrent) qui cote 900€ alors que, fondamentalement, un cours de 700€ serait normal.
Sur Robertet, on prend un risque à acheter le titre à 900€ au cas où la spéculation retombe. Ce serait alors 200€ de perdu que l'on ne reverrait pas de sitôt..
Ce que l'on n'a pas sur les titres non spéculatifs.
Et là, c'est l'activité économique qui devient le fil conducteur du mouvement boursier.
C'est la raison pour laquelle le titre a bien baissé au S2 2018 : L'anticipation de baisse des résultats... Qui n'est pas venue, c'est même l'inverse qui s'est produit.
C'est vrai qu'acheter au plus haut est toujours inconfortable... A commencer par avoir l'impression d'être le plus nouille de la Terre pour être celui qui a acheté au plus haut historique.
Pourtant, on pouvait déjà tenir ce raisonnement à l'été 2018, quand le cours était alors au plus haut à 170€.
Même en perdant 20% dans la foulée de l'achat, on peut dire aujourd'hui que l'on aurait fait une bonne affaire en l'achetant à ce moment là.
 
Bonjour
Merci pour cette analyse, comme toujours tres argumentée et détaillée. Pour etre complete il manque quand meme a mon avis les points faibles, ou de vigilance…

Je ne connais pas du tout le type de gouvernance de cette société (je suis meme tres surpris de la taille enorme de cette société et de son leadership …), mais on peut se demander si le parcours remarquable de celle ci n'est pas intimement lié à son fondateur qui est resté aux manettes depuis quarante ans, à l'image d'un Bernard Arnault….

La succession risque d'être compliquée, meme si finalement 66 ans n'est peut être pas encore l'âge de la retraite pour tout le monde ;)
 
Haut