Sur la dette

Jeune_padawan

Contributeur régulier
Il y a 2 choses différentes, le prêt, et le rachat de dette. Comme pour toi, tu peux avoir un crédit pour ta voiture, et un crédit pour ta maison. Ta dette augmente..
Mais, des fois, le nouveau prêt peut servir a rembourser le précédent. Dans ce cas ta dette n'augmente pas.Ou alors, un bienfeteur passe par là, et dis, je vais rembourser le prêt à la place de l'emprunteur, et dans ce cas le gentil rachète la dette , sans forcément dire des conditions.
Un pays ( une entreprise)peut aussi emprunter en définissant les conditions , ce sont les obligations.

Oui, d' ailleurs assez souvent on en entend parler: certains disent avoir remis une cassette avec des millions au président de la République....
Non bien sûr, uniquement en écriture.
 

Aristide

Top contributeur
Bonjour,

Selon cette interview de François VILLEROY DE GALHAU, Gouverneur de la Banque de France, la Banque de France détient 600 milliards d'€ de dette (publique) française.
https://www.banque-france.fr/interv...que-centrale-peut-seulement-procurer-du-temps
Dans cette interview le gouverneur de gouverneur de la Banque de France indique effectivement qu'elle détient environ 600 milliards d'euros de dette publique rachetée par la BCE aux banques commerciales.

Mais dans cet autre post:

=> L'économiste Gaël Giraud (à partir de 45 minutes dans la vidéo) indique un montant de seulement 420 milliards d'euros.

=> Qui a raison ???

Mais une autre question plus fondamentale me taraude.

Cet économiste indique que lorsque les banques consentent un crédit elles créent de la monnaie (à partir de 20 minutes dans la vidéo) ce qui est vrai.

Ce n'est qu'un jeu d'écritures.

Par exemple elle va inscrire "Prêt à Mr X = 10.000€" à l'actif de son bilan et, immédiatement en contrepartie elle inscrira "Compte de Mr X = 10.000€) au passif du même bilan.

=> Elle vient de créer 10.000€ de monnaie dite "de banque" ou "monnaie secondaire".

Le cas échéant, si au moment où Mr X paiera son fournisseur la banque n’avait pas la trésorerie suffisante elle se refinancerait alors à hauteur de son besoin résiduel auprès de la BCE.

Mais ceci n’est possible que parce que la banque dite « de dépôts » à la possibilité d’ouvrir des comptes de dépôts à vue et/ou comptes courants à ses clients et emprunteurs.

Or, dans cette vidéo, l’économiste Gaël Giraud affirme qu’il en ait exactement de même lorsque qu’une banque achète des bons du trésor pour financer les besoins de l’État.

Sachant que le Trésor n’a pas le droit de détenir de comptes dans les banques commerciales ; il ne peut - au contraire - que détenir un compte à la BCE/BDF, comment une banque commerciale pourrait-elle procéder au jeu d’écritures ci-dessus expliqué et donc générer une création monétaire « de banques/secondaire » en achetant des bons du trésor.

D’autant que ledit économiste indique bien - avec raison - (vidéo à 44 minutes) que les banques ne peuvent pas se prêter à elles-mêmes.

Si quelqu’un avait une explication je serais preneur ; notamment par une matérialisation en écritures comptables.

Cdt.
 

Jeune_padawan

Contributeur régulier
Bonjour,
=> Qui a raison ???
Je ne sais pas, différentes théories économiques existent.

Si quelqu’un avait une explication je serais preneur ; notamment par une matérialisation en écritures comptables
Si cela peut vous aidez, j'avais trouvé une vidéo de l'émission "C'est pas sorcier" (qui date un peu) sur le paiement entre banques :
Et une vidéo de la chaine YouTube "Heu?reka" (déjà cité sur le forum) qui présente différentes théories sur la monnaie :

Je n'ai pas tout compris (faudrait que je regarde de nouveau la vidéo) et je ne sais pas qui a raison.
 

Triaslau

Contributeur régulier
Je ne suis pas sur de bien comprendre ce qui t’embête dans cette déclaration.

La bce ne peut pas financer les états donc les états émettent de la dette qui est achetée par les banques commerciales et (souvent) revendue à la bce ou utilisé en collatéral pour du refinancement.

Si c’est la partie de création de monnaie scripturale qui t’interpelle alors oui c’est faux; souscrire à un bon ce n’est pas une opération de crédit (d’ailleurs il n’y a pas que les banques qui le font).

Par contre si c’est par exemple un assureur ou un fond d’investissement qui achète le bon, alors rien ne l’empêche,lui, de faire un crédit pour payer l’état ce qui fera intervenir une banque.

Mais bon vu le titre de la vidéo de cet « économiste » je n’apporterai pas beaucoup de crédit à ce qu’il raconte.

ps
Et bien sûr c’est le gouverneur qui a raison, comment est il possible d’en douter 😅 c’est la banque de France qui met en en jeu la politique monétaire en France il sait exactement ce qui est dans le bilan de la bdf et on est au dessus de 600GEUR
 

Aristide

Top contributeur
Bonjour,
La bce ne peut pas financer les états donc les états émettent de la dette qui est achetée par les banques commerciales et (souvent) revendue à la bce ou utilisé en collatéral pour du refinancement.
Oui
Si c’est la partie de création de monnaie scripturale qui t’interpelle alors oui c’est faux; souscrire à un bon ce n’est pas une opération de crédit (d’ailleurs il n’y a pas que les banques qui le font).
Oui c'est cette affirmation qui me semble impossible car pour ce faire il faudrait que Le Trésor détienne un compte dans chaque banque qui lui achète des bons du trésor; ce qui est complètement impossible en zone euro où elle ne peut avoir un tel compte qu'à la BCE/BDF.

Par contre si c’est par exemple un assureur ou un fond d’investissement qui achète le bon, alors rien ne l’empêche,lui, de faire un crédit pour payer l’état ce qui fera intervenir une banque.
Oui.
Mais dans ce cas l'on n'est plus dans le même cas de figure puisque les banques interviennent sur le marché primaire alors que là l'on est désormais sur le marché secondaire
Mais bon vu le titre de la vidéo de cet « économiste » je n’apporterai pas beaucoup de crédit à ce qu’il raconte.
Il a pourtant des "références " et "titres de noblesse".
ps
Et bien sûr c’est le gouverneur qui a raison, comment est il possible d’en douter 😅 c’est la banque de France qui met en en jeu la politique monétaire en France il sait exactement ce qui est dans le bilan de la bdf et on est au dessus de 600GEUR
L'autre possibilité serait que "l'inventaire" de la BDF soit plus récent que celui de G. GIraud.

Cdt
 

Aristide

Top contributeur
Bonjour,
Si cela peut vous aidez, j'avais trouvé une vidéo de l'émission "C'est pas sorcier" (qui date un peu) sur le paiement entre banques :
Merci.
Mais cette vidéo n'apporte rien sur la création monétaire par les banques commerciales lors de l'achat de bons du trésor sur le marché primaire.
Et une vidéo de la chaine YouTube "Heu?reka" (déjà cité sur le forum) qui présente différentes théories sur la monnaie :
En revanche à 26'30'' de la vidéo une courte remarque confirme que, si techniquement ce serait possible, pratiquement ce n'est pas le cas en zone euro.
Et pour cause, ainsi qu'expliqué antérieurement le Trésor ne peut pas détenir de compte dans les banques commerciales; uniquement à la BCE/BDF.

J'en profite pour vous préciser que, dans la seconde théorie monétaire expliquée avec la notion de "réserves fractionnaires" c'est en fait le concept de "coefficient multiplicateur du crédit" dont il est question.

L'intervenant explique l'incidence réductrice des réserves obligatoires (RO = actuellement 1% du total de dépôts) mais il omet (sans doute pour simplifier) qu'à ces "RO" il faudrait ajouter les retraits en espèces (billets + monnaies divisionnaires) => ce total "Réserves obligatoires + retraits espèces" étant désignés par "Fuites monétaires".

Ce "coefficient multiplicateur du crédit" se calcule banque par banque (dépend notamment de la part de marché) et sous entend que pour pouvoir consentir un crédit une banque doit - au préalable - détenir un certain montant "d'euros Banque Centrale" (= Caisse + compte BCE/BDF).

Ainsi, pour prendre un exemple, une banque dont le "coefficient multiplicateur du crédit" serait égal à "5" et dont le total "Caisse + compte BCE/BDF" serait de 10.000€ pourrait consentir un crédit maximum de 10.000€ x 5 = 50.000€.

Mais depuis plus de 20 ans cette pratique n'existe plus; au contraire c'est celle du "Coefficient diviseur du crédit" qui est en vigueur et décrite sans être nommée ni vraiment expliquée dans la troisième théorie.

Désormais, afin de soutenir la croissance et réduire le chômage la démarche est inversée.
Dès lors l'on incite les banques à prêter, prêter, prêter encore et, si besoin, la BCE s'engage à mettre à leur disposition tous les "euros banque centrale" qui leur seraient nécessaires pour assurer leur liquidité.

Dans l'exemple ci-dessus, si la banque a effectivement consenti 100.000€ de crédits et que le " "coefficient multiplicateur du crédit" soit toujours de "5"; en théorie, compte tenu des échanges inter banques et compensations, elle aurait donc besoin de 100.000€ / 5 = 20.000€ en monnaie banque centrale.

Cdt
 
Haut