Sauver l’hôpital public.

moietmoi

Top contributeur
dans ce cas quel exploitant pourrait exploiter s'il n'en tire pas un bénéfice ?
l'état, les mutuelles (il existe un bon secteur ehpad mutualiste) et des sociétés gestionnaires de mission de service public;

Si l'Etat savait tout faire correctement ça, crois moi ça se saurait !
désolé, malgré le desossement des hopitaux pour nourrir les cliniques privés, je préfère si j'ai une urgence ou une maladie grave me faire traiter en hopital qu'en clinique.... certaines cliniques avec plein de subventions arrivent à se classer dans les bonnes institutions, mais c'est bien rare.. à force de restructurations en pôle de santé et de refuser des financements pour du matériel lourds, l'état arrivera conformément au plan érigé depuis des années à une partition public/privé où il vaudra mieux se faire soigner pour du lourd dans le privé et aller à l'hopital pour les petits bobos. c'est un plan décidé par les politiques; c'est voulu; c'est écrit. ce sont des choix de société
 

Buffeto

Modérateur
Staff MoneyVox
il vaudra mieux se faire soigner pour du lourd dans le privé et aller à l'hopital pour les petits bobos.
heu ...... dans la vraie vie c'est juste le contraire ....
pour une greffe cardiaque tu vas à l'hopital .....
pour une ligamentoplastie du genou ( qui n'est pas un petit bobo mais comparé à une greffe cardiaque ca n'est rien ) c'est plutôt clinique .

enfin ca c'est ce que je constate dans mon exercice quotidien ...
 

CharlyBgood

Contributeur régulier
désolé, malgré le desossement des hopitaux pour nourrir les cliniques privés, je préfère si j'ai une urgence ou une maladie grave me faire traiter en hopital qu'en clinique.... certaines cliniques avec plein de subventions arrivent à se classer dans les bonnes institutions, mais c'est bien rare.. à force de restructurations en pôle de santé et de refuser des financements pour du matériel lourds, l'état arrivera conformément au plan érigé depuis des années à une partition public/privé où il vaudra mieux se faire soigner pour du lourd dans le privé et aller à l'hopital pour les petits bobos. c'est un plan décidé par les politiques; c'est voulu; c'est écrit. ce sont des choix de société

Moietemoi j'apprécie souvent ta sagacité.

Mais là je pense que tu as une vision partisane du problème. Qu'il y ait des arbitrages politiques, allez bon, soit.
La différence que moi j'ai avec toi, c'est que je n'oppose pas un secteur à l'autre, et que je reconnais à chacun leurs qualités, et leurs limites. Il n'y a pas d'herbe + verte d'un côté ou de l'autre.

L'après-crise verra - qui sait - peut être un plan Marshall pour l'hôpital public, nous verrons bien. Mais je pense moi aussi avec mon parti pris, que ce n'est pas q'un pb de moyens. D'ailleurs si cela était, nous serons vite sauvés. Ce serait si simple. J'ai déjà cité le cas des urgences devenues quasi-vides, mais il y en a d'autres.

Et par ailleurs même si la grande majorité des coûts ets concentrée sur l'hôpital, il y a une réflexion d'ensemble à avoir sur le système de soins, et son remboursement. L'hôpital public n'y échappera pas comme les autres, d'ailleurs. A commencer par la médecine libérale.

Par exemple tu te choques de voir des fonds privés gérer des EHPAD, et les voir confier à des mutuelles, ces parangons de vertu ...
Groupama Stadium, Matmut Stadium, et autres courses de voiles prestigieuses ... c'est merveilleux ce que le monde mutualiste fait de ses "excédents", pour ne pas servir de "méchants actionnaires" avides de sucer le sang de nos analyses sanguines.

Je pense que le pb est bcp + compliqué que cela.
 

moietmoi

Top contributeur
Par exemple tu te choques de voir des fonds privés gérer des EHPAD,
du tout, je me suis mal fait comprendre;
je ne sais comment le dire puisque:
Il me paraît légitime que la faculté créatrice et d'entrepreneur s'exerce dans ces 2 domaines; Aussi je respecte les chefs d'entreprises d'enseignement privé et de maisons de retraite(qu'elles soient médicalisées ou non) ;
je ne suis pas contre les délégations de service public, à des établissements privés, éhpad, écoles, autoroutes,
j'ai même parlé d'enrichissement légitime
Que des ehpad privés existent oui, c'est très bien
 

Atys

Contributeur régulier
C'est quand même très choquant de voir tout cet argent partir dans les mutuelles qui dupliquent le travail de la sécu (payeur aveugle) et finance la publicité. 200000 emplois administratifs je crois qui pourraient être réaffectés en grande partie pour soigner les gens dans les hôpitaux et ehpad. Idem pour la pléthore de magasins d'optique où la vente de 3 lunettes par jour suffit pour être rentable. Dans le haut Rhin une seule opticienne assure la permanence (source le journal local !) et est débordée car tous les autres "professionnels de santé " on fermé le magasin et se sont mis à l'abris en touchant les aides.
Actuellement des médecins voient leur cabinet libéral se vider alors que les hôpitaux sont débordés.
Pour moi l'argent est là mais très mal utilisé: il faut le redéployer vers les soignants et vers la où on en a besoin.
 

moietmoi

Top contributeur
C'est quand même très choquant de voir tout cet argent partir dans les mutuelles qui dupliquent le travail de la sécu (payeur aveugle) et finance la publicité. 200000 emplois administratifs je crois qui pourraient être réaffectés en grande partie pour soigner les gens dans les hôpitaux et ehpad
Oui , tout à fait, il est une région en France où la sécu rembourse mieux, et où le rôle essentiel des mutuelles est en grande partie rendue par la sécu, pour un moindre coût. Le citoyen est mieux remboursé, pour un moindre coût. Un candidat à l élection présidentielle avait dans son programme d'étendre ce statut à toute la France.
 

Manu215

Contributeur régulier
Bonsoir,

Beaucoup de choses ont été dites!

Je pense qu'il est bien trop tôt pour déjà tirer des conclusions sur ce que sera, ou ce que devrait être, le système de santé en France.
Il y a tout de même une phrase, qui est venue bien tard dans la discussion, écrite par @moietmoi : "de quelle société voulons-nous?"
Tant que cette question n'aura pas fait l'objet d'une réponse consensuelle de la population, il est bien vain de discuter....:)

Comme l'a très bien dit Xavier Lescure sur LCI hier soir (infectiologue) : il ne faudrait pas oublier que l'hôpital public, c'est VOTRE hôpital.

De mon tout petit point de vue, ce que j'ai constaté, et que j'ai écrit de manière un peu polie il y a quelques jours, c'est la discussion riche et constructive qu'il y a eu entre notre direction et les chefs de service.

Si je suis un peu plus "polémique", je pense que la direction a eu très peur de cette crise (et de sa retombée indirecte sur les CV...), et que malheureusement, la réponse à la crise sanitaire n'était pas inscrite dans leurs tableurs excel.

Quand vous avez des directeurs qui n'ont que pour seul objectif des restrictions budgétaires en oubliant le patient qui devrait être au centre des discussions, et qu'on vous impose une façon de travailler, des plannings infirmiers et AS infaisables et inapplicables, ça ne peut pas fonctionner car l'hôpital n'est pas une usine de production.

Dans cette crise, les chefs de service ont repris la main, ont réorganisé l'hôpital de fond en comble, et je crois bien que notre direction a enfin compris que nous étions très capables de nous réorganiser (ce dont elle doutait assez fortement, sans comprendre que nous ne pouvions pas répondre à leurs exigences).
Ce faisant, elle nous a enfin écouté (avait-elle le choix?), et le travail direction + médecins a été très constructif.

Une petite (bonne?) nouvelle pour terminer : aux urgences de mon hôpital, le nombre de patients qui se présentent est stable depuis 2 ou 3 jours. On aurait envie que ça continue, ce qui signifierait que le pic, ou plutôt le plateau, est atteint.
Néanmoins, ça ne semble pas être encore le cas dans d'autres services d'urgence, mais le nôtre est différent (trop long d'expliquer pourquoi).

Portez-vous bien :)!
 
Haut