Qu'est-ce qu'un bon impôt?

CharlyBgood

Contributeur régulier
le 1er message de cette discussion te donne une idée du merdoyage technocratique qui noye nos entreprises
Cf + haut, c'est l'un de mes mantras: simplicité, lisibilité, stabilité et justice sont les bases d'une fiscalité efficace.
En général quand on comprend ce qu'on doit payer, on le paie sans rechigner.
Bon de là à aimer les impôts, il y a un autre pas, mais si c'est réglo, simple, stable et efficace, on paie et puis on passe à autre chose. Force est de constater qu'aucune de ses caractéristiques n'est l'apanage de la Fiscalité Française.
 

paal

Top contributeur
Tu nous parles d'un temps, que les moins de 20 ans, ne peuvent pas connaître ...
Cela, c'est certain, car au début des années 80, juste après l'élection de François Mitterrand, nous avons eu droit au carnet ne change de couleur bleue ; il se trouve qu'à l'époque je faisais quelques déplacements internationaux et qu'il fallait jouer avec les devises, afin de se constituer de petites cagnottes ....

Effectivement autre temps, autres mœurs: je rappelle qu'à cette époque:
1°) l'information ne circulait pas aussi vite
2°) les capitaux pareils
=> donc tu pouvais taxer fort
Mais en fait, et pour quelqu'un qui pouvait se déplacer, cela n'enquiquinait pas grand monde ....
 

flo1810

Contributeur
Moi, j'aurais tendance à penser qu'un bon impôt, c'est un impôt qui est utile deux fois : pour "sanctionner un comportement" (à prendre dans un sens large), et aussi pour en "favoriser un autre".

Par exemple, je considère que s'attaquer aux excès de vitesse est un très bon impôt. L'Etat met même des panneaux sur le bord des routes pour vous conseiller de ne pas avoir a payer ce qui constitue un "impôt sur l'insécurité routière". :biggrin:

En revanche, j'ai horreur de tout ce qui vient taxer le travail et l'investissement. Taxer le travail, autant du point de vue du salarié que du patron (ou de l'independant), c'est un non-sens économique. On veut s'attaquer aux chômage et en même temps, on augmente artificiellement le coût du travail ET on crée des situations où certains ont OBJECTIVEMENT aucune raison de chercher du boulot (loin de moi l'envie de blâmer ce que certains appellent l'assistanat).

Si on veut favoriser la redistribution, je pense qu'on devrait davantage taxer la consommation, via une TVA dont le taux normal pourrait très bien passer à 30 ou 35% selon moi, en contrepartie de réduction d'IR et de cotisations salariales/patronales et d'augmentation d'aides sociales. Ça aurait au moins le mérite d'améliorer la balance commerciale, tout en faisant en sorte que le jeu soit à somme nulle pour un ménage pauvre si on augmente correctement ses aides.

Pour prendre un sujet dans l'air du temps, prendre en compte l'empreinte écologique, ça me paraîtrait intelligent. Par exemple, on pourrait taxer les revenus locatifs sur la base d'un diagnostic énergétique, avec un taux d'impôt qui augmenterait quand on gagne de l'argent en louant des passoires thermiques inchauffables. On favoriserait aussi des emplois non-délocalisables dans le secteur du bâtiment.

De même taxer les successions plus fortement, ça me semble sain dans un pays qui compte le mot "égalité" dans sa devise
...

Mais taxer les gens parce qu'ils bossent, ou qu'ils créent des emplois, ou qu'ils ont réussi eux-mêmes, ça me parait dingue !
 
M

Membre33312

Mais taxer les gens parce qu'ils bossent, ou qu'ils créent des emplois, ou qu'ils ont réussi eux-mêmes, ça me parait dingue !
On ne taxe pas les gens "parce qu'ils bossent".
On taxe les gens qui gagnent de l'argent parce que, pour la plupart :
- ils ont bénéficié de l'argent des autres pendant toute leur enfance
- leur travail nécessite d'entretenir des infrastructures et ne pourraient pas travailler sans celles-ci
- ils bénéficient de protections dans le cadre de leur travail qui empêchent certains chômeurs de leur prendre leur place
- leur employeur bénéficie des mesures de redistribution d'argent (par keynésianisme)

De plus une bonne partie des taxes sur les revenus salariés sont en fait du salaire différé (Sécu, chômage, retraite)

En parallèle de ça, augmenter drastiquement les taxes à la consommation aurait pour effet de favoriser doublement les frontaliers (ils pourront s'approvisionner à l'étranger ET faire du marché parallèle)

Bref, c'est loin d'être un sujet simple et l'état fait ce qu'il peut pour maintenir un équilibre entre les différents prélèvements.
 
Haut