PERP : l'abus des banques

Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.

kfc

Contributeur
2 exemples d'aléa moral:
- une banque qui investirait n'importe comment ou de facon excessivement risquée puisqu'elle sait que l'Etat la sauvera au besoin
- un particulier qui ferait preuve de moins de prudence ou qui se met à pratiquer des activités à risques après souscription d'une assurance

Je rapproche ce concept à votre thèse au vu de la facon, selon moi, abusive que vous avez de souscrire à des produits financiers avec lesquels vous n'êtes à l'évidence pas familier et d'ensuite rejeter l'entière responsabilité de votre déception sur votre conseiller alors que:
- vous aviez toute latitude de vous renseigner avant (bon sens)
- vous auriez du lire le contrat avant de le signer (code civil)
- vous auriez pu utiliser le délai légal de rétraction (négligence)
- nul n'est censé ignorer la loi, le PERP est un aspect de la loi Fillon 2003

Les implications qui me dérangent avec ca sont:
- un certain déni de la réalité, dans un monde marchand, vous avez une confiance aveugle dans les vendeurs, c'est du même niveau que croire la publicité
- franchement, le système judiciaire francais a des affaires autrement plus importantes à traiter que les gens incapables de lire leurs contrats avant de les signer, ce n'est pas à la justice de réfléchir à votre place : assumez vos erreurs, vous ne les referez pas (plus vous n'avez rien perdu au final). On a déja suffisament d'assistés en France, si en plus il faut venir tenir la main des adultes responsables ...
- un contrat vous engage, si on commence à pouvoir les signer n'importe comment et à s'en dégager ensuite, c'est autant de solidité qu'il perd et d'abus que vous rendez possible. C'est ici qu'il y a alea moral, vous comptez sur la justice/l'Etat/autre entité pour vos dégager de vos engagements contractuels.

Ce qui découle des échanges précédents (les 90%) et je retombe dans le troll : je propose la création d'un diplome d'adulte
- conditionné sur un examen d'éducation civique, on le passerai à l'émancipation ou à 18 ans et on resterai la responsabilité de ses parents en cas d'échec.
- une visite médicale annuelle le validerait ou le révoquerait(la révision des 12 mois du citoyen)
- en cas de perte du diplome, l'individu redevient responsabilité de sa famille ou à défault devient un "intouchable" (rf système indiens des castes) voire un apatride si il arrive en fin de droit d'irresponsabilité.
 
Dernière modification:

ZRR_pigeon

Top contributeur
je propose la création d'un diplome d'adulte
- conditionné sur un examen d'éducation civique, on le passerai à l'émancipation ou à 18 ans et on resterai la responsabilité de ses parents en cas d'échec.
- une visite médicale annuelle le validerait ou le révoquerait(la révision des 12 mois du citoyen)
- en cas de perte du diplome, l'individu redevient responsabilité de sa famille ou à défault devient un "intouchable" (rf système indiens des castes) voire un apatride si il arrive en fin de droit d'irresponsabilité.

j'aime beaucoup ce concept...mais je crains qu'il n'y ai que tres peu de diplomés.
les gens preferent "s'eduquer" en regardant secret story ou la roue de la fortune plutot que de savoir ce qu'est un contrat et a quoi il engage....
 

Buffeto

Modérateur
Staff MoneyVox
je suis désolé pour toi , Arsène , mais ta position de victime est intenable........:confused:

qui pourra croire qu'en 2010 avec les moyens d'information qui existent ( télé, radio , presse , magasines ,internet , amis , familles ) les souscripteurs de PERP ne soient pas au courant qu'il s'agit d'un produit tunnel avec sortie en rente?

il n’est d'ailleurs même pas certain qu'en te disant " ce produit est adapté à votre situation " ton conseiller ne l'ai dit en toute bonne foi .o_O
si tu es allé le voir en disant : " je souhaite défiscaliser et me créer un complément de retraite " , on ne peut pas dire que le conseil était mauvais..........:cool:
 

lex63

Contributeur
A lex 63. Etes vous sérieux quand vous avancez cet argument ? ....Vos 30 jours dans le contexte que vous décrivez sont hors sujet.

Je ne pensais pas à vous en postant ma réponse mais à celles et ceux qui s'informent avant de signer un contrat et qui se renseignent sur ce forum et sur d'autres. Donc si un futur souscripteur de PERP lit cette discussion ça lui servira peut-être à ne pas "se faire avoir" comme qui vous savez... ;)


Le LCL en l'occurence qui avance de arguments tel quele votre sont d'une malhonêté intellectuelle manifeste et surfe sur le fait que le particulier n'a aucune possibiloité de se défendre. C'est une honte.

Je ne sais pas de quel côté est la malhonnêté intellectuelle :( .... et justement il existe un possibilité de se défendre, ça s'appelle le délai de retractation, encore faut-il lire les contrats que vous signez et qui vous engagent :mad:

Espérons au moins que les quelques 7 pages de cette discussion seront utiles à ceux qui s'interrogent sur l'opportunité de souscrire un PERP...

Pour info, le projet de loi de réforme des retraites voté au parlement et actuellement en cours d'examen pas le conseil constitutionnel, prévoit qu'il sera possible de sortir 20% du capital constitué sur un PERP au moment de la retraite, les 80% restant étant converti en rente. Cela redonne un peu d'intérêt à ce produit qui n'a jamais vraiment trouvé son public.
 
Sortie en capital du PERP
La prestation prend exceptionnellement la forme d'un capital dans deux cas :

depuis le 17 juillet 2006, achat ou construction de la première résidence principale, au sens qu’il faut ne pas avoir été propriétaire dans les 2 années précédant le dénouement.

Par exception, la condition de première propriété n’est pas posée si l’adhérent au PERP ou l’un des occupants du logement est invalide de 2ème ou 3ème catégorie, ou bénéficie d’une allocation handicap (AAH ou AEEH) ou encore est victime d’une catastrophe ayant définitivement rendu inhabitable sa résidence principale.

pour la période de versement souscrite, le montant calculé de la rente est inférieur à 40 €. Par exemple, en cas de versement trimestriel, si la rente trimestrielle est inférieure à 40 €.

Notes

La sortie en capital ouverte aux primo-accédants requiert de présenter une attestation sur l’honneur et un plan de financement mentionnant le montant de l’apport personnel (le montant débloqué sur le PERP ne peut être supérieur au montant financé hors emprunt), ainsi que, le cas échéant, l’acte notarié de vente ou de compromis de vente, l’arrêté préfectoral et la déclaration de sinistre.

Bonne reception
 

Arsène59

Membre
2 exemples d'aléa moral:
- une banque qui investirait n'importe comment ou de facon excessivement risquée puisqu'elle sait que l'Etat la sauvera au besoin
- un particulier qui ferait preuve de moins de prudence ou qui se met à pratiquer des activités à risques après souscription d'une assurance

Je rapproche ce concept à votre thèse au vu de la facon, selon moi, abusive que vous avez de souscrire à des produits financiers avec lesquels vous n'êtes à l'évidence pas familier et d'ensuite rejeter l'entière responsabilité de votre déception sur votre conseiller alors que:
- vous aviez toute latitude de vous renseigner avant (bon sens)
- vous auriez du lire le contrat avant de le signer (code civil)
- vous auriez pu utiliser le délai légal de rétraction (négligence)
- nul n'est censé ignorer la loi, le PERP est un aspect de la loi Fillon 2003

Les implications qui me dérangent avec ca sont:
- un certain déni de la réalité, dans un monde marchand, vous avez une confiance aveugle dans les vendeurs, c'est du même niveau que croire la publicité
- franchement, le système judiciaire francais a des affaires autrement plus importantes à traiter que les gens incapables de lire leurs contrats avant de les signer, ce n'est pas à la justice de réfléchir à votre place : assumez vos erreurs, vous ne les referez pas (plus vous n'avez rien perdu au final). On a déja suffisament d'assistés en France, si en plus il faut venir tenir la main des adultes responsables ...
- un contrat vous engage, si on commence à pouvoir les signer n'importe comment et à s'en dégager ensuite, c'est autant de solidité qu'il perd et d'abus que vous rendez possible. C'est ici qu'il y a alea moral, vous comptez sur la justice/l'Etat/autre entité pour vos dégager de vos engagements contractuels.

Ce qui découle des échanges précédents (les 90%) et je retombe dans le troll : je propose la création d'un diplome d'adulte
- conditionné sur un examen d'éducation civique, on le passerai à l'émancipation ou à 18 ans et on resterai la responsabilité de ses parents en cas d'échec.
- une visite médicale annuelle le validerait ou le révoquerait(la révision des 12 mois du citoyen)
- en cas de perte du diplome, l'individu redevient responsabilité de sa famille ou à défault devient un "intouchable" (rf système indiens des castes) voire un apatride si il arrive en fin de droit d'irresponsabilité.

Cher Monsieur,
Je me rends bien compte que vous êtes sans doute trsè proche de ce secteur....
Votre thèse est en fait très simple, c'est celle du monde parfait, ou les textes et les dispositifs autour des produits et la façon de les vendre sont à ce point parfaits que si vous avez l'impression de vous êtes fait avoir (et ce n'est malheureusement pas un impression...) c'est que vous êtes :
- un pauvre type sans bons sens, l'idiot du village
- un imbécile qui ne connait par coeur le code civil (c'est bien connu, n'importe quel quidam DOIT le connaître par coeur, interroger donc les gens dans la rue que diable !)
- un négligeant, jean foutre qui n'a pas utilisé la clause de rétractation, faut il ête bête ! (zut alors vous avez fait confiance à votre conseiller, mais quel idiot êtes-vous, inoui)
- un ignorant crasse, un ane à mettre au coin avec les mains sur la tête ! tout le monde connaît la loi sur le bout des doigts, c'est bine connu, vous sans doute, et récite tous les matins par le menu la loi FILLON et les dispositions du PERP ! ....

C'est triste...

Votre façon de voir la confiance est aussi assez étonnante.. En fait pour vous, cette notion n'existe pas. Elle s'assimile aux gogos qui croiraiet aveuglément aux bienfaits du premier elexir venu vanté par une publicité mensongère... Vous ne devez pas faire confiance à grand monde...

Votre couplet sur la justice et "les affaires plus importantes à régler" est édifiant. Je serais curieurx de connaître ce que vous mettez derrière "affaire" plus importantes". Kerviel ? Tapie ? Des pauvres cons, ces clients qui n'ont pas lu les contrats, pourtant clairs comme de l'eau de roche et expliqués avec une grande honnêté par le conseiller! vraiment des crétins. Des assistés. Je suis curieux de savoir en quoi un client qui cherche à se défendre contre une perfide des banques, avec des armes totalement déséqilibrées est un assisté ? très curieux.

Je pense que les retraités qui ont vu leur maison détruite par la loi après les innondations seraient très intéressés par cette thèse de l'assistance. Sans doute, là aussi, des petites affaires insignifiantes qui concernent des crétins négligeants par rapport aux grosses affaires pour gros QI intelligents et hyper prévoyants.

Votre approche du contrat et de son interprétation est assez plaisante : à vous lire, le contrat est réputé parfait, même si il est dévoyé dans son esprit par la partie la plus forte, l'autre n'ayant pas les moyens de se défendre car la loi à instituer un rapport de force totalement déséquilibré (en clair : et ce sont les professionels qui le disent eux même, même si un conseiller vous a abusé, le cout d'un procès à une banque est tel que quasi personne ne s'y risque). Alors oui franchement, vous avez raison, ces crétins qui ont signé n'importe comment un contrat pour ce produit magnifique remettent en cause les fondements de l'économie de marché quand ils osent, les scélérats, l'ouvrir parce que le produit n'est pas adapté et qu'ils s'en rendent compte quand ils ont besoin de cet argent.?

Ah ! les gredins, ces fossoyeurs de la confiance contractuelle qui osent se rebeller contre ce système parfait, conçu bien sur dans leur intérêt, car c'est bien connu, l'Etat et votre banque savent beaucoup mieux que vous ce qui est bon pour vous ! alors circulez il n'y a rien à voir. J'avoue n'avoir toujours pas compris le contenu de cet "alea moral", sans doute un concept beaucoup trop puissant pour mon petit esprit de victime du PERP, concept réservé pour les acteurs de ces "grosses affaires "autrement plus crutiales que ces misérables qui veulent récupérer une épargne qui leur permettraient de remettre à flots ! Noyons les la loi est pour nous!

Quant à votre diplôme d'adulte, on atteint là un pinacle, une sorte de zenith de la subtilité et de l'intelligence où l'on sent bien la fibre humaniste et objective qui semble vous caractériser. Je sent assez bien le QCM sur la loi Fillon et le PERP, l'interro sur le code civil, l'examen sur ce qu'est une "grosse affaire" par rapport "à un caprice de citoyen ignorant et crétin".

Bien vu aussi la visite médicale, une sorte d'eugénisme pour s'assurer du formatage des gens pour qu'ils comprennent bien à quel point ils sont petits et imparfait par rapport aux lois qui ne souffrent aucune faiblesses, ni imperfections y compris dans leur interpretation. On a bien vu ou cette façon de voir les choses a conduit avec les loi de Vichy.... L'apatride que vous évoquez me laisse sans voix... c'est sans doute ce à quoi certianes banques vont arriver à faire avec de tels comportements déloyaux : des apatrides bancaires....

Un nouvel eugénisme bancaire, il fallait y songer !
 
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.
Haut