PERP ET SORTIE EN CAPITAL

novice67

Membre
Bonjour , mon mari et moi sommes à respectivement 2 ans et 4 ans de la retraite (enfin en theorie). Notre conseiller nous suggère d'ouvrir un PERP chacun avant l'arrêt de la commercialisation , d'y placer la somme permettant le calcul d'une rente inférieure à 40 euros afin de permettre une sortie en capital. Par ailleurs j'ai lu que seul l'assureur pouvait décider s'il y a versement ou non d'un capital si la rente était inférieure à 40 euros. il y aurait donc un risque de refus?
Par ailleurs les frais sur versement seraient de 4.7% ce qui me parait plutôt élevés
Que penser de cette stratégie?
merci
 

Buffeto

Modérateur
Staff MoneyVox
Bonjour, ma question ne suscitant pas beaucoup de réactions, suis je "hors sujet"?
pourquoi ouvrir un PERP avec l'objectif de récupérer éventuellement le capital alors que le nouveau PER le propose de manière systématique ?
 

novice67

Membre
Je ne suis pas sûre que souscrire un PER à 2 et 4 ans de la retraite soit possible, de plus la fiscalité en sortie est plus avantageuse pour le Perp ( 7.5% + prélèvements sociaux) que pour le PER ?
 

paal

Top contributeur
pourquoi ouvrir un PERP avec l'objectif de récupérer éventuellement le capital alors que le nouveau PER le propose de manière systématique ?
Certes, mais avec une très forte fiscalité si capital important récupéré en une seule fois ....

Privilégier alors des rachats partiels annuels .....
 

novice67

Membre
La proposition du conseiller vient de la possibilité de sortie en capital dans ce cas:

Lorsqu’au dénouement du contrat PERP, le montant de la rente viagère n’excède pas 40 € par mois, L'assureur peut procéder à une sortie en capital sous forme de rachat.
L’adhérent au PERP perçoit alors ses droits sous la forme d’un versement unique en capital.

Néanmoins, comme je posais la question précédemment, l'assureur peut il refuser cette possibilité?
Il semblerait que cette stratégie soit peu connue ou peu utilisée, y a t il une raison de s'en méfier?
 

paal

Top contributeur
La proposition du conseiller vient de la possibilité de sortie en capital dans ce cas:

Lorsqu’au dénouement du contrat PERP, le montant de la rente viagère n’excède pas 40 € par mois, L'assureur peut procéder à une sortie en capital sous forme de rachat.
L’adhérent au PERP perçoit alors ses droits sous la forme d’un versement unique en capital.

Néanmoins, comme je posais la question précédemment, l'assureur peut il refuser cette possibilité?
Il semblerait que cette stratégie soit peu connue ou peu utilisée, y a t il une raison de s'en méfier?
Pour ce qui concerne le PERP (ancienne formule), la sortie est majoritairement en rente viagère ....

Je considère également que le principal avantage de ce produit, c'est de percevoir une déduction fiscla le plus optimisée possible

Et dans mon esprit, cela comporte 2 aspects
- avoir ses revenus soumis à la tranche marginal de 30% (surtout maintenant où la tranche à 14% aura été réduite à 11%
- optimiser cette déduction en calculant le montant de la déduction qui annule l'imposition marginale limitée aux tranches supérieures ....

Dans ce contexte, on risque largement d'obtenir une rente supérieure à 500 Euros par an .....
 

novice67

Membre
Bonjour - "avoir ses revenus soumis à la tranche marginal de 30% (surtout maintenant où la tranche à 14% aura été réduite à 11% " : c'est le cas
- L'idée est de profiter des déductions fiscales ( rien n'a été utilisé ces dernières 3 années)
- la sortie en capital n'est autorisée que dans le cas précité
- la fiscalité en sortie est moins forte que pour un PER
- à 2 et 4 ans de la retraire envisager une rente ne me semble pas intéressant

"on risque largement d'obtenir une rente supérieure à 500 Euros par an" : je ne vous suis pas?
 
Haut