Optimiser ses versements sur PER

Buffeto

Modérateur
Staff MoneyVox
Personnellement, en tmi41 a 35 ans,
avec ce profil c'est en effet une option possible mais de mon point de vue qui vient en dernier lorsqu'on a épuisé les autres possibilités de défiscs existantes ( et elles sont nombreuses )
 

paal

Top contributeur
j'ai bien peur que non .
déjà lorsqu'une AV a plus de 8ans ce n’est pas PFU 30 c'est PFL à 7.5% avec un abattement de 4600/9200 ou réintégration dans le revenu global (si rachat dans les limites de l'abattement) lorsque l'on a un TMI élevé)
Exact et c'est l'un des avantages de l'assurance-vie (tant que ce dispositif perdure)

Ensuite, le PER reste un produit tunnel, qui ne sera disponible (par exemple sous forme de rachats partiels périodiques), mais avec une fiscalité assez lourde que ce soit sur le capital ou bien les produits générés par le contrat ....)

Et ce sera la même chose si le souscripteur choisit une rente viagère, aujourd'hui imposée à raison de 40% de son montant (si souscrite entre 60 et 70 ans, (et à raison de 30% sis souscrite après les 70 ans révolus ... ; c'est à comparer avec une rente viagère imposée à raison de 90% du montant perçu (régime des pensions de retraite classique) et soumis au barème IR ....

Alors bien entendu, il y aura eu précédemment une économie d'imposition à l'IR (déduction de 10%), mais cette économie se grignote au fil du temps, au moment de la retraite .....

Dans votre cas, et à l'âge de 34 ans, vous disposez d'une trentaine d'années avant de prétendre à une retraite (qui sera ce qu'elle sera ??), mais je pense que vous devriez vous tourner prioritairement et majoritairement vers l'assurance-vie et ne vous intéresser au PER que durant les 10 ou 15 dernières années d'activité professionnelle ....

Et il me semble que ce serait à ce moment là, qu'il serait utile d'entrer dans le vif de la montée en puissance de l'optimisation fiscale du produit ; bien entendu rien ne vous interdit de vous intéresser au produit qu'il sera devenu (car il peut aussi encore évoluer) durant une ou plusieurs années avant cette montée en puissance, ne serait-ce que pour procéder à une connaissance pratique préalable .....
 

paal

Top contributeur
P : et ne vous intéresser au PER que durant les 10 ou 15 dernières années d'activité professionnelle ....
B : si ce produit existe encore sous cette forme à ce moment là ....:ROFLMAO::cool:
Bonne remarque, car dans le domaine, il s'agira de suivre l'actualité des prochaines années ....

Cela pourrait militer à ouvrir un PER juste pour prendre date, et en y versant que des montants symboliques, afin que le contrat soit ouvert ; ensuite, et si vous loupez le versement minimal d'une année, ce ne sera pas non plus une catastrophe ; mais dans l'intervalle, tournez-vous davantage vers l'Assurance-vie
 

tatetitotu

Contributeur
Voir le simulateur très détaillé ici

merci pour ce lien, cela confirme les tendances que j'ai sorti de mes calculs

Au total, au bout de 20 ans, notre couple pourra récupérer 137.648 euros de son contrat d’assurance vie, une fois la fiscalité appliquée. Soit 37.372 euros de moins qu’avec le PER.
le PER est donc bien plus intéressant, surtout avec un haute TMI, ton site donne un écart de l'ordre de 30% avec leur cas exemple

il faut reconnaître que le gain n'est pas transcendant quand on connaît les contraintes du PER et les incertitudes de la fiscalité
 

paal

Top contributeur
Merci pour ce lien, cela confirme les tendances que j'ai sorti de mes calculs

Le PER est donc bien plus intéressant, surtout avec un haute TMI, ton site donne un écart de l'ordre de 30% avec leur cas exemple
Alors parlons-en du cas exemple, car il repose :
- sur des revenus par part qui évoluent dans la tranche à 41% (laquelle débute aujourd'hui à environ 75 KE pour se terminer à environ le double (le tout pour une part de célibataire sans personne à charge ....)
- sur la particularité que l'abondement fiscal se situe intégralement au taux de 41%, ce qui implique que cette tranche soit entamée de façon assez consistante ....

Nul doute que pour une personne disposant de tels revenus intéressent le type de consultant qui auront participé à l'étude, mais j'augure que cela ne doit guère dépasser le dizième des revenus français ....

Que propose-t-on à tous ceux qui restent, et qui pour leur grande majorité, ne sont pas dans la situation d'utiliser la tranche à 30% ......

il faut reconnaître que le gain n'est pas transcendant quand on connaît les contraintes du PER et les incertitudes de la fiscalité
Quel que soit le produit proposé, il faudra faire avec l'évolution de la fiscalité ; alors sur du court terme, le souscripteur peut disposer d'une faculté de réaction aux idées novatrices des penseurs de type Eckert ou Sapin, mais là, nous parlons bien d'une planification à long terme, présentée à un large public qui par ailleurs n'est pas forcément au fait des évolutions fiscales ....

Pour mémoire le Perp n'est pas si vieux que cela (loi Fillon de 2003), et il sera prochainement retiré de la commercialisation ....

Et dans cette étude, on parle d'une hypothèse de contribution d'une vingtaine d'années, assortie d'une phase de perception d'une trentaine d'années, soit l'équivalent d'un demi-siècle ....
Qui peut prédire ainsi à si long terme, car même les asiatiques, ne sont pas aussi prédictifs .....
 
Dernière modification:
Haut